Des lycéens chaouis refusent aussi la langue arabe

0
Batna
Batna

BATNA (Tamurt) – Le vent de colère des lycéens kabyles qui rejettent la langue arabe a atteint la région des Aurès. Hier matin, au moins trois établissements d’enseignement secondaire à Batna ont protestés contre le rejet de leur langue tamazight et protestent à leur tour contre la langue arabe qui leur a été imposée. La colère a touché toute cette région amazighe. Comme en Kabylie, la nouvelle génération ne veut rien entendre et exige du régime algérien de reconnaître tamazight comme langue officielle.

« Soit on impose les deux langue à tous les Algériens, arabe et tamazight soit chaque peuple choisi sa langue. Ils ont leur langue on a la notre », nous a déclaré en colère un militant de la cause amazighe de Batna qui dit que le vent de colère gagne du terrain dans les Aurès. « Nos frères Kabyles ont raison de rejetter la langue arabe qui n’est pas la leur, donc nous aussi on n’est pas des Arabes et on ne veut pas cette langue », fulmine notre interlocuteur.

Ce nouveau mouvement de protestation des lycéens ne semble pas s’estomper. Au contraire, en Kabylie comme dans les Aurès, la colère s’amplifie. « Le tour est venu pour notre génération d’arracher sa part de revendication comme l’ont fait nous aïeux. L’Afrique du nord restera en ébullition tant que son peuple est privé de sa langue et de son identité », affirme un notre jeune lycéen d’Iwadhiyen ce matin qui a pris attache avec notre rédaction pour nous informer que le lycée de leur localité a rallié le mouvement du rejet de la langue arabe.

Ravah Amokrane