Des ministres algériens consultent régulièrement les charlatans

7

ALGER (Tamurt) – Un député algérien de la région de Médéa, au nom de Missoum Tahar, vient de jeter un pavé dans la mare. Le parlementaire a annoncé, à un quotidien arabophone, qu’il compte rendre public tout prochainement, et en plénière, les noms des ministres et hauts responsables politiques algériens qui consultent des charlatans et s’adonnent à des séances de magie.

« Des ministres et autres hauts placés de la sphère politique consultent régulièrement des charlatans et s’adonnent à la pratique de la magie en vue de préserver leur place au sein du gouvernement et garder ainsi leurs privilèges et intérêts. Ils déboursent des sommes faramineuses et versent des liasses de billets aux charlatans. D’ailleurs, ces ministres achètent à tout prix le mercure qu’ils utilisent dans leurs séances de magie.

Tout le monde est en quête de cette matière », a déclaré le député. Ce dernier affirme qu’il détient des preuves de ces accusations et dit que ces pratiques ne datent pas d’aujourd’hui et qu’elles sont aussi veille que le régime algérien. Reste seulement à savoir si ce législateur exécutera sa menace et étalera les détails de ce qu’il avance. «  Ce genre de menaces est courant dans le milieu politique algérien. Ce député veut juste faire chanter un ou deux ministres pour qu’Ils lui accordent un petit privilège, comme placer un de ses fils ou proche à une poste à un poste de travail et il se taira », nous déclara un journaliste algérien accrédité au auprès du parlement.

Pour rappel, l’ancien directeur du journal Le Matin, Mohamed Benchikou, avait donné, lui aussi, des détails sur le chef d’Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika concernant ses habitudes de consulter les charlatans et les magiciens de la région de Ghardaïa. Que peut-on attendre des décideurs ignorants qui s’adonnent à ce genre de pratique ?

Lounès B,