Des ouvriers de l’Erenav de Bougie arrêtés et tabassés par la police

0

Le droit à la grève vient d’être non seulement remis en cause mais surtout bafoués par les services de la police qui suent de la matraque contre des travailleurs qui n’ont rien entre les mains que leur volonté de revendiquer leurs droits les plus fondamentaux et d’exercer un droit pourtant garanti par la constitution algérienne.
En effet, les travailleurs grévistes de l’entreprise de réparation navale de Bougie ont été roués de coups par les policiers ce mercredi matin alors qu’ils se préparaient à s’ébranler à partir de leur unité vers le siège de la wilaya pour y observer un sit-in de protestation.
Outre les quelques blessés dont l’état est jugé grave pour certains, des employés de cette société ont été emmenés dans des fourgons de la police au commissariat pour y subir un interrogatoire. Pourtant ces derniers qui sont en grève depuis deux mois ne demandent que la réintégration de leurs syndicalistes que la direction a licenciés pour avoir encadré une marche de protestation et la germanisation des travailleurs contractuels qui y travaillent depuis plusieurs années au niveau de cette unité. Le pouvoir algérien, au lieu de répondre aux aspirations du peuple, sort la matraque et réprime le moindre mouvement de contestation venant d’un front social au bord de l’embrasement.

Amaynut