Des parlementaires au village de Zoubga (Illiltène)

5

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Une délégation de parlementaires chargés de la commission de la pêche, l’agriculture et l’environnement, conduite par M. Badi, et à laquelle se sont joints les cadres de la wilaya de Tizi-Ouzou et les membres de la commission santé et environnement de l’APW, s’est déplacée hier, mercredi, dans le désormais célébrissime village kabyle, Zoubga en l’occurrence, lequel dépend administrativement de la commune rurale d’Illiltène.

Le village de Zoubga mérite fort bien le prix qu’il a obtenu lors du concours « village le plus propre de la wilaya de Tizi-Ouzou » organisé cette année par l’institution que préside M. Hocine Haroun. Après le tour fait autour du village à l’intention des visiteurs, ceux-ci se sont bel et bien émerveillés par la propreté des ruelles et autres espaces publics.

Le chef de la délégation parlementaire a, dès son arrivée au village, déclaré à ses hôtes que « notre première sortie sur le terrain dans le cade de la nouvelle politique en matière de protection de l’environnement est celle que nous consacrons aujourd’hui à votre cher village Zoubga ». M. Badi a également déclaré que c’est un honneur pour « nous d’être ici aujourd’hui ».

Cependant, le président d’APC d’Ililtène, M. Ouramdane Mazzoud, a saisi cette opportunité a lancé un appel aux plus hautes autorités pour les informer du danger de glissement de terrain qui, chaque hiver, menace d’emporter ou d’ensevelir le chef-lieu de commune. « A chaque approche de l’hiver, comme en cette période, explique-t-il, nous devenons sujets à une terrible angoisse face à cette menace de glissement de terrain ». Le premier magistrat de la commune d’Illiltène ne cachera pas aussi son amertume face à ce qui s’apparente « à une sourde oreille et l’inertie des pouvoirs publics compétents face au danger menaçant les habitants et les habitations du chef-lieu de commune d’Illiltène ». « Notre commune a besoin d’argent et de soutiens techniques pour parer à cette catastrophe naturelle plus menaçante que jamais ». Dans sa réponse, le chef de la délégation parlementaire a promis de faire parvenir « à qui de droit, dès notre arrivée à Alger, les doléances, somme toutes légitimes, des citoyens d’Illiltène ». Et avant de quitter ce village hôte, M. Badi a reçu un présent de la part des habitants de Zoubga en guise d’amitié et d’hospitalité.

Le village de Zoubga est bien propre et bien organisé. Il est presque tout à fait autonome. Quelle est la clef d’une telle réussite ? M. Omar Bouka, 1er vice-président de l’APC explique que la réussite réside dans le fait que tous les habitants de Zoubga sont soumis aux règles édictées par l’assemblée villageoise.

-L’argent est l’un des éléments fondamentaux dans le développement et
l’épanouissement du village.

Chaque foyer de Zoubga qui en compte 200 environ doit verser, conformément au statut élaboré et adopté par les villageois, une somme de 150, 00 DA par mois. Cet argent va directement à la trésorerie du village. « Par ailleurs, toute faute commise par un citoyen est punie par une amende », note M. Omar Bouka. Certaines fautes considérées comme réellement des incartades, comme le fait d’être surpris en état d’ébriété au village, sont punies par une amende d’un montant de 5.000, 00 DA. Une amende d’un même montant est également infligée à toute personne coupable de colporter une fausse rumeur ou une propagande dans le village. « Cependant, ajoute notre interlocuteur, la part la plus importante de nos recettes provient des dons ».

-Quels sont les voies et moyens utilisés pour assurer une telle propreté au village ?

-Avec la trésorerie du village, en sus du matériel roulant acheté, des ouvriers permanents sont payés pour assurer la charge de la collecte des ordures ménagères et leur traitement par le moyen d’incinération.

En somme, les citoyens de Zoubga ont su faire une parfaite conjugaison entre les moyens mobilisés et le respect absolu des règles de vie édictées et adoptées par le village. En définitive, Zoubga peut même servir de modèle à l’Algérie entière en matière de lutte contre le danger écologique et environnemental.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici