Pour désavouer le MAK, le pouvoir offrira beaucoup de sièges au FFS et au RCD lors des prochaines législatives

24

ALGERIE (Tamurt) – Les préparatifs vont bon train pour les partis politiques algérianistes qui participeront, tous sans exception, aux prochaines élections. L’année 2017 sera celle du vote. Les législatives en avril et les locales en octobre.

Bien entendu, les anciens élus veulent tous se représenter mais avec l’introduction d’un salaire conséquent pour les députés, près de 40 millions de centimes par mois, et les élus locaux, entre 8 et 15 millions par moi pour les maires et l’exécutif de l’APW, la donne a changé. C’est tout le monde qui veut être candidat. Donc les coups bas ont commencé. Que ce soit au FFS ou au RCD, les listes commencent à se confectionner. Il en est de même chez quelques opportunistes qui veulent se présenter en tant qu’indépendants mais sous la bannière de partis sans ancrage dans la région afin d’éviter la collecte de signatures exigée par la loi électorale.

Hormis les candidats dits indépendants, les formations politiques qui se présentent généralement en Kabylie sont le FFS, le RCD et les deux partis du pouvoir, le FLN et le RND en l’occurrence. Les premiers cités s’attellent à confectionner les listes des législatives car leurs dirigeants sont convaincus d’avoir un quota de sièges important. Cette hypothèse tient la route, dira un vieux renard de la politique, natif de Bougie, qui s’est retiré de la scène depuis plusieurs années.

Pour celui-ci, le MAK fait peur au pouvoir et la seule solution que ce dernier a trouvé est celle de faire représenter le maximum de kabyles de service (FFS et RCD) au parlement afin de « prouver » à la population et à la communauté étrangère que ces deux formations représentent les kabyles et que le MAK n’est qu’un  simple mouvement sans aucun ancrage. Alors pour contredire ce pouvoir, il faut sensibiliser la population à boycotter ces élections qui ne sont, d’ailleurs, pas les leurs suggérera notre interlocuteur.

Amaynut