La différence entre le fils de Pablo Escobar et Anissa Boumediène

6

ALGÉRIE (Tamurt) – Le fils de Pablo Escobar vient d’éditer tout un livre sur sa vie et celle de son père, connu pour ses crimes contres les juges et les hommes politique de la Colombie, vers la fin des années 1980. Le fils du célèbre narcotrafiquant Pablo Escobar a consacré une bonne partie de son livre pour s’excuser auprès des victimes de son père.

Des ministres, des sénateurs, des juges et des responsables des services de sécurité qui ont traqué le trafiquant de drogue. Le fils de Pablo dit avoir même changé son identité, lui et sa maman. il avoue qu’il a honte du passé de son père qui était un criminel.

Une réaction responsable et salutaire à plus d’un titre. C’est le cas des proches de la plupart des criminels et des dictateurs dans le monde entier. Sauf en Algérie bien sûr. Des chefs terroristes se vantent d’avoir tué des services de sécurité en directe des télévisons du régime d’Alger.

Anissa Boumediène, tout honte bue, ose même parler de son mari et tente de glorifier son époque. Un mari criminel qui a marché sur des cadavres pour arriver au pouvoir. Un dictateur et un criminel pire que Pablo Escobar. Il serait plus honorable pour Anissa Boumediène de rester dans l’anonymat au moins, même si elle ne demande pas des excuses aux milliers de victimes tués sur les ordres de son époux. Et quelles victimes ?

La plupart des anciens maquisards et héros de guerre de libération algérienne. Même le poète Mafdi Zakaria n’a pas échappé à la haine et à la dictature de Boumediène. En général les proches des criminels se taisent et restent dans l’ombre.

Ravah Amokrane 

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici