Des directeurs d’écoles à Batna refusent l’enseignement de Tamazight

17
l'enseignement de tamazight à Batna

CHAOUIA (Tamurt) – Un collectif de la société civile de la daïra de Merouana, dans la région de Batna au pays des chaouis, est monté au créneau pour dénoncer le refus des directeurs des écoles primaires, de collèges et de lycées de leur localité d’autoriser l’enseignement de la langue Tamazight au sein des établissements scolaires.

Dans une déclaration envoyée à notre rédaction, les parents d’élèves persistent et signent que leurs enfants veulent apprendre leur langue maternelle à l’école, mais les directeurs opposent leur veto. Bien que Tamazight est considérée depuis peu comme langue Nationale et officielle en Algérie,  ce statut n’est que de l’encre sur papier pour le moment. Les directeurs qui refusent d’enseigner Tamazight à Batna n’ont pas le droit de le faire du point de vu légal et pourtant ils ne sont jamais iniquités.

La direction de l’éducation ferme les yeux comme cela se fait un peu partout en Algérie. Reste seulement à savoir si un jour l’un des directeurs refusait l’enseignement, par exemple, de la langue arabe au sein de son établissement ? Il sera, certainement, crucifié sur la voie publique. La langue Chaouïe ne sera jamais enseignée ni à Batna ni ailleurs tant que le régime raciste d’Alger est en place. Seule une indépendance des Chaouis leur garantira leurs droits culturels et linguistiques. De plus en plus de chaouis d’ailleurs commencent à adhérer  au Mouvement pour l’Autodétermination Chaouie, (MAC).

Lounès B 

Tamazight à Batna
Tamazight à Batna