Disparition d’une fillette à Ouacif : La mère pense qu’il s’agit d’un kidnapping

1
KIDNAPPING

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Dans ses déclarations à la presse, samedi en fin de journée, la mère de la fillette de quatre ans, disparue jeudi dernier à Ouacif, dans la wilaya de Tizi-Ouzou, a indiqué qu’elle pense que cette disparition serait fort probablement un enlèvement.

Elle a ajouté qu’il pourrait bien s’agir d’un kidnapping dont les auteurs exigeraient une rançon en contre partie de sa libération. Pour rappel, la petite Nihal n’a plus donné aucun signe depuis jeudi dernier quand elle jouait en compagnie de deux autres enfants devant la maison de ses grands parents maternels au village Ait Ali, dans la commune Ait Toudert, près d’Ouacif. Selon les témoignages, de la mère et de la grand-mère, diffusés par des médias algériens,  la disparue ne s’était jamais éloignée de la maison où la famille était pour une petite semaine de vacances après avoir pris part à une fête familiale de mariage.

« Nous habitons à Oran, en cinq ans, je ne suis venu que deux fois au village Ait Ali », a précisé la mère éplorée et inconsolable. Cette dernière a insisté sur le fait que, vivant à Oran, depuis son mariage, sa famille n’a absolument pas de problèmes particuliers avec des gens au point que ces derniers s’en prennent de cette manière à leur fille. C’est cette absence de conflits qui fait penser à la mère que la seule thèse qui pourraient tenir la route pour expliquer cette disparition mystérieuse est celle de l’enlèvement. Et pour que sa fille lui revienne saine et sauve, et en désespoir de cause,  la mère de Nihal a indiqué qu’elle était prête à payer l’argent qui lui serait exigé, l’essentiel étant que sa fille réapparaisse et demeure en vie.

Depuis jeudi dernier, jour de la disparition de la petite Nihal, une grande mobilisation est remarquée dans toute la commune d’Ouacif. Une cellule de crise a même été créée et elle est présidée par le premier responsable de la commune d’Ait Toudert. Cette disparition intervient au moment où les responsables de la sécurité dans la wilaya de Tizi-Ouzou ont déclaré, haut et fort, qu’il n’y a plus d’insécurité en Kabylie.

Tahar Khellaf