Disparu depuis le 2 octobre à Bouzeguene : Aucune nouvelle de Farid Alane

1
Disparition Farid Alane

BOUZEGUENE (Tamurt) – Disparu, il y a deux semaines, à Bouzeguene, Farid Alane n’a toujours donné aucun signe de vie. Toutes les recherches menées aussi bien par les villageois que par les services de sécurité n’ont pas abouti. Par ailleurs, il n’existe aucun élément nouveau aussi infime soit-il pouvant aider à se mettre sur la piste de Farid Alane, un citoyen simple âgé de quarante ans qui travaille dans une pompe à essence de la daïra de Bouzeguene.

Originaire du village Tazrouts dans la daïra de Bouzeguene, Farid Alane a été vu pour la dernière fois le 2 octobre dernier. Il a travaillé normalement toute la journée avant de quitter, comme d’habitude, la station d’essence qui est son lieu de travail (située au lieu-dit Assif Ousserdoun). Depuis, on ne l’a plus revu. Ses parents n’ont pas pris beaucoup de temps puisque le lendemain, ils ont donné l’alerte et ont déposé plainte contre X. Cette disparition a jeté l’émoi et la consternation dans toute la région de Bouzeguene. La disparition d’Alane Farid est d’autant plus mystérieuse que ce dernier avait des habitudes sacrées. Il quittait son lieu de travail et rejoignait systématiquement sa maison et ainsi de suite. C’est donc étrange qu’il ait disparu subitement, lui qui ne connait pratiquement d’autres trajets autre que celui reliant sa maison à la station d’essence où il travaille comme gardien.

Depuis, la coordination des comités de villages de la daïra de Bouzeguene a initié des actions de protestation de rue comme la marche qui avait drainé des milliers de personnes, il y a quelques jours ainsi qu’une grève largement suivie par les commerçants de la localité. Des actions qui visent à dénoncer le climat d’insécurité qui règne en Kabylie mais aussi à exprimer une solidarité agissante à toute la famille de Alane Farid qui est vraiment désemparée, après la disparition de ce dernier et le passage de deux semaines sans avoir aucune nouvelle de lui. Pour l’instant, on ne sait pas s’il s’agit d’un enlèvement ou d’une tout autre piste. Une chose est sûre,  l’insécurité a repris du poil de la bête ces derniers temps dans toute la Kabylie.

Tahar Khellaf

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici