Un « Doctorat Honoris causa » pour le Rebelle : Qui veut souiller la mémoire de Matoub ?

10
MATOUB LOUNES
MATOUB LOUNES

TIZI OUZOU (Tamurt) – Le Recteur de l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou, Ahmed Tessa, a pris tout le monde de court en annonçant ce lundi que l’université de Tizi-Ouzou a décidé de proposer le nom de Matoub Lounes pour lui décerner le titre de Docteur Honoris Causa. Il faut dire que personne ne s’attendait à une telle annonce, laquelle ne peut réjouir aucun kabyle digne de ce nom.

Non pas que Matoub ne mériterait pas une telle consécration, lui qui a déjà reçu de son vivant le Prix de la Mémoire qui lui avait été offert par Danielle Mitterrand, veuve du Président français et d’autres Prix prestigieux internationaux. Mais pourquoi donc ce titre de Docteur Honoris Causa constitue-t-il véritablement un grand piège et vise, à bien y penser, à souiller la mémoire de Matoub Lounes ? Et bien si ce Prix est décerné au poète assassiné, désormais, le nom du symbole des Kabyles et des Berbères du monde entier sera désormais intimement associé à celui du grand dictateur Ahmed Ben Bella, qui a détourné la Révolution algérienne au lendemain de l’indépendance en écartant tous les vrais révolutionnaires qui ont arraché l’indépendance du pays en 1962. Ben Bella, pour rappel, a été la première personne à qui le Doctorat Honoris Causa avait été décerné par l’université de Tizi-Ouzou.

Associer ainsi deux noms dont le profil de l’un est aux antipodes de celui de l’autre est une immense supercherie. Déjà le seul fait de dire ou d’écrire que « Le Doctorat Honoris Causa est décerné à Matoub après avoir été attribué à Ben Bella » constitue une vraie insulte à la mémoire du Rebelle qui a vécu et qui est mort pour la liberté. Le tout contraire d’Ahmed Ben Bella, que Matoub n’avait cessé d’épingler dans plus d’une de ses chansons dont la célèbre version dans l’album « Tirgin » paru en 1982. S’il est évident (sans même l’interroger) que Nadia Matoub, veuve du Rebelle, n’acceptera jamais que son époux soit assassiné pour la deuxième fois, il reste à savoir quelle sera la réaction de Malika Matoub, sœur du chanteur surtout si une telle distinction engrange des profils matériels ?

Tahar Khellaf