Le Dr Fekhar, en grève de la faim depuis Mercredi soir

2
Dr Fekhar

COMMUNIQUE (Tamurt) – D’après Me Salah Dabouz, le docteur Kamaleddine Fekhar est entré en grève de la faim hier soir après le verdict de la première affaire dont il est poursuivi en compagnie d’un autre accusé, Abdellah Benabdellah, le condamnant à 5 ans de prison avec sursis dont 18 mois fermes et à 50 000 dinars d’amande.

Le Dr Fekhar, qui subit un autre procès aujourd’hui, n’a pas expliqué les raisons de sa grève de la faim, mais il n’est pas difficile d’imaginer que c’est en raison de la façon avec laquelle le procès s’est déroulé et en raison du verdict. Le procès d’hier a donné une idée sur les attentions du pouvoir algérien et les directives qu’il aurait données aux juges. A quoi peut-on s’attendre d’un procès politique, comme il a été qualifié par Me Dabouz, quand le procureur général fait l’éloge du pouvoir à part juger et condamner les accusés pour leurs opinions. Me Dabouz a raison d’appeler ce procureur, “procureur du pouvoir” et non de la république. En effet, les accusés ont été jugés sur la base d’articles de presses, où des opinions politiques ont été exprimées sans qu’il n y’ait le moindre appel à la violence, ni à la haine ni la moindre diffamation, seuls délits condamnables.

Fekhar et Benabdellah ont été condamnés sur la base de leur opinion qui ne plait pas au pouvoir car le critiquant objectivement. Inutile de citer la longue liste des irrégularités dans toute cette machine de répression appelée « la justice algérienne », nous nous contentons de souligner le fait d’empêcher un avocat américain Me Henri Loïc de défendre un certain nombre de détenus dont le Dr Kameleddine Fekhar qui a comme objectif d’écarter tout témoin de cette mascarade judiciaire.

Paris le 25 mai 2017
Président d’Izmulen
Mohammed Dabouz