Droit de l’Homme en Algérie : Les militants amazighs exigent l’acquittement de Salim Yezza

0
Salim Yezza
Salim Yezza

ALGÉRIE (Tamurt) – Le collectif des militants du mouvement amazigh ont réagi énergiquement, hier jeudi, à la condamnation du militant Salim Yezza. Les signataires, dont figurent des écrivains, des journalistes et des hommes de culture, ont d’abord tenu à rappeler que Salim Yezza, le militant de la cause amazighe, vient d’être condamné par le tribunal de Ghardaia à une peine d’une année avec sursis et 100 000 DA d’amende pour avoir exprimé une opinion sur sa page facebook en 2014 concernant les événements tragiques qui ont secoué cette ville.

« Ce jugement inédit dans les annales de la justice algérienne suscite moult interrogations. Au-delà des vices de forme constatés tout au long de la procédure judiciaire, la condamnation de Salim Yezza est aussi étonnante qu’inique puisqu’il est accusé d’avoir contribué et incité aux troubles de Ghardaia alors qu’il n’a jamais mis les pieds dans cette ville », déplorent les signataires de la déclaration.

Ces derniers ajoutent : « Ce qui nous amène à penser que cette affaire n’est qu’une autre forfaiture du pouvoir et une mise en scène montée de toutes pièces en vue de nuire aux militants activistes du combat identitaire d’un côté et de les utiliser dans des luttes de clans qui ne les concernent nullement d’un autre côté ». Sinon, s’interroge-t-on, pourquoi ouvrir le dossier des événements douloureux du Mzab aujourd’hui, surtout que le calme est revenu dans cette région et que les deux communautés mozabite et châamba ont retrouvé cette entente scellée depuis des siècles ?

Pourquoi la justice n’a pas convoqué toutes les personnes ayant émis une opinion et/ou mis en cause des responsables dans la tragédie du Mzab, bafouant ainsi deux principes fondamentaux de l’institution judiciaire, à savoir l’impartialité et l’égalité devant la loi ? « Si nous nous élevons contre cette condamnation injuste, nous lançons un appel à la classe politique algérienne et à l’opinion nationale pour soutenir nos démarches visant l’acquittement pur et simple du citoyen Salim Yezza dans cette affaire et mettre un terme aux poursuites aussi injustifiées que cocasses qui discréditent la justice de notre pays », concluent le collectif en question.

Tarik Haddouche

N.B. Voici la liste complète des premiers signataires :

Brahim Tazaghart, écrivain,

Salim Guettouchi, universitaire et journaliste

Djamel Ikhloufi, inspecteur de formation

Imad Hanachi, journaliste

Mohand Ait Ighil, écrivain et dramaturge

Salim Lounici, enseignant universitaire

Salim Souhali, écrivain

Mohamed Merdaci, écrivain

Messaoud Bouras, ex-animateur du MCA

Rebiai Mebarki, animateur associatif

Hamid Saoudi, animateur associatif

Malek Houd, poète

Yacine Merchiche, enseignant à la retraite

Hamdane Meraihi, enseignant à la retraite

Djamel Guettala, militant

Nadhir Djebbar, enseignant de tamazight

Djamel Merabet, militant de Tamazight

Omar Berdoudi, militant

Abderrezak Boukebba, écrivain

Kamel Tarwiht, journaliste

Ali Ait Djoudi, journaliste

Ali Cherarak, journaliste

Said Aknine, militant

Boualem Chaouali, journaliste

Tahar Si Srir, syndicaliste

Hocine Gasmi, journaliste

Hacene Loucif, militant

Idir Tazerout, journaliste