El Watan s’attaque à Ferhat et épargne Naima Salhi !

8
Ferhat Mehanni
Ferhat Mehanni

ALGERIE (Tamurt) – Chaque journal jouit, bien entendu, de toute la liberté pour défendre qui il veut et vilipender qui il veut. Il ne s’agit nullement ici de dénier à un quelconque organe de presse d’avoir les positions qu’il veut. Mais dans ce cas précis, il y a vraiment anguille sous roche. Suite à la dernière sortie médiatique de Ferhat Mehenni, certains titres de la presse algérienne, « indépendants » de surcroit,  se sont rappelé de l’ancien militant et prisonnier politique. Mais seulement pour lui tirer dessus en consacrant même des dossiers entiers pour le vilipender et l’insulter en ayant recours à tous les noms d’oiseaux.

El Watan est le quotidien algérien qui s’est le plus acharné sur Ferhat Mehenni au lendemain de son appel de Londres. Avant cela, le même journal, c’est-à-dire El Watan, n’a jamais fait d’articles pour dénoncer les arrestations en cascades des souverainistes kabyles de manière générale. El Watan n’a jamais pondu d’articles pour dénoncer le fait que les activités et les actions organisées par les indépendantistes kabyles soient interdites voire réprimées tout simplement. Il s’agit là d’un constat, sans plus et les archives sont toujours disponibles pour le rappeler.

El Watan est bien entendu libre de ne pas être d’accord avec l’appel de Ferhat. Ce journal est libre même de s’en prendre à une telle idée s’il juge que ses conséquences peuvent être dramatiques et aboutir à un bain de sang en Kabylie. La question qui se pose en revanche est celle-ci : Pourquoi El Watan, qui se préoccupe tant de la stabilité de l’Algérie et de la Kabylie plus particulièrement, n’a–t-il rien écrit suite à la dernière campagne acharnée anti-kabyle menée par la députée et chef d’un parti minuscule, Naima Salhi ?

Cette dernière a appelé, plus d’une fois, en direct sur des chaines de télévision,  au lynchage des kabyles, à la guerre entre les kabyles souverainistes et les autres. Elle a insulté en direct tous les symboles de la Kabylie à commencer par Matoub Lounès. Aucun mot de désapprobation à l’encontre de Naima Salhi n’a été écrit dans le journal El Watan. Ceci dit, bien sûr, El Watan est libre d’insulter Ferhat Mehenni et de se taire face aux dépassements gravissimes de Naima Salhi contre les kabyles.  L’essentiel, c’est que les responsables de ce journal n’oublient pas que la majorité de ses lecteurs sont des kabyles.

Tarik Haddouche