Les élections ont dépolitisé la société 

1

BOUGIE (Tamurt) – Depuis que le pouvoir a décidé d’attribuer un salaire aux élus, même les kabyles sont tentés par les postes de maires, d’adjoints, de membres de l’APW etc. C’est la bousculade, les bâtons dans les roues, les liasses d’argent pour corrompre les membres influents des partis politiques pour pouvoir gagner une place « honorable » dans la liste. 

Oui les premières places sont fructueuses à long terme. Il y a beaucoup d’affaires dans l’air. D’ailleurs, les élus font tous semblant d’être fatigués durant la dernière année de leurs mandats et crient sur tous les toits qu’ils ne commettront jamais la même bêtise, à savoir celle d’aller à l’APC ou à l’APW.  Pourtant, à quelques mois de la confection des listes, ils commencent à jouer des coudes et des liasses pour rester candidats ou même pour grimper quelques échelons dans la hiérarchie de la nouvelle liste. C’est vraiment bizarre au point où on assiste à une véritable débandade politique.

Des élus d’une formation politique quelconque qui démissionnent pour rejoindre un autre parti dans le seul but de se frayer une place dans la liste. Et parfois, ça donne une sorte de « mariage contre-nature ».  Un  maire RCD qui se retrouve, du jour au lendemain, sur la liste du FLN, ou bien un  élu du RND qui opte pour le MPA et plus grave encore cette démission du préside nt de l’APW qui voulait, à tout prix, driver al liste du FLN. Désavoué par la direction nationale de son nouveau parti, il se retrouvera sans appartenance politique et mis à la retraite d’office. c’est un nomadisme qui en dit pas son nom. Ceci a été qualifié par un confrère de la presse algérienne de Mercato électoral.

Amaynut