Elle en fait un objet de fixation : Malika Matoub poursuit son acharnement contre Ferhat Mehenni

0
Malika Matoub
Malika Matoub

KABYLIE (Tamurt) – Malika Matoub continue de s’acharner contre Ferhat Mehenni en l’accusant de tous les maux et en rappelant ou en inventant des conflits qu’ils auraient eus avec le regretté Matoub Lounès. Ainsi, Malika Matoub ne tire désormais ni sur le pouvoir algérien ni sur les islamistes intégristes, comme le faisait Matoub Lounès de son vivant. Elle ne fait plus de l’enquête et de toute la vérité sur l’assassinat de son frère une priorité voire une raison de vivre.

Sa nouvelle raison de vivre et cible de prédilection semble être ces attaques continuelle contre Ferhat Mehenni. Ainsi, lors de sa récente sortie médiatique, en langue arabe de A à Z, devant le célèbre journaliste et écrivain, originaire de Sidi Bel Abbès, Hamida El Ayachi et sur une chaine de télévision  arabo-islamique bien sûr, Malika Matoub a préféré s’étaler avec un rare plaisir sur les côtés qu’elle jugent négatifs du parcours de Ferhat Mehenni.

Malika Matoub a ainsi tenté d’opposer Matoub Lounès, qui n’est plus là pour parler, à Ferhat Mehenni qui pourrait bien sûr lui répondre s’il le juge utile. Malika Matoub a ainsi éprouvé un réel plaisir à rappeler le conflit entre Matoub Lounès au début des années quatre-vingt-dix suite à la création du RCD (Rassemblement pour la Culture et la Démocratie) et la fameuse marche du Mouvement Culturel Berbère du 25 janvier 1990, dénoncée à l’époque par Said Sadi et le RCD. A l’époque, pour rappel, Ferhat Mehenni était un cadre influent du RCD, avant d’être « éjecté » en 1994. Puis, Malika Matoub a rebondi sur l’épisode d’un différent qu’elle qualifie de grave ayant opposé les deux hommes.

L’incident est survenu, selon elle, suite à l’enregistrement de l’album « Communion avec la patrie », en 1992 et où Ferhat devait enregistrer un duo  dans le même album. Une initiative qui avait foiré, selon Malika Matoub, car, ajoute-t-elle, Ferhat avait refusé de chanter le passage « Amek ay refref laâlam » où il est question du drapeau algérien. Puis, last but not least, Malika Matoub a rappelé, dans le détail, l’épisode connu de tous, celui des déclarations faites par Ferhat Mehenni suite au kidnapping de Matoub Lounès en 1994 concernant le fait que « ce rapt pourrait bien être une mise en scène de la part amis politiques de Matoub (le RCD, NDLR) ». La question qui se pose : Pourquoi Malika Matoub parle-t-elle de tout ça spécialement maintenant ?

Tarik Haddouche