Elles auront lieux le 29 novembre – Des élections locales pourquoi faire ?

2

Tizi-Wezzu, Tamurt.info : L’Algérie s’apprête à organiser un énième round électoral. Après la farce du 10 mai dernier ; qui a vu l’électorat fractionné à souhait par le nombre ahurissant de partis, partis qui pensaient que cela serait un tremplin pour eux au niveau d’une assemblée sclérosée comme les précédentes et qui n’ont jamais été autre chose que des boites de résonances où l’on faisait passer des lois à l’encontre des aspiration populaires ; le peuple est de nouveau appelé à aller vers les urnes qui ont tout connu sauf la transparence afin « d’élire » ses « représentants » au niveau locales : APC et APW.
Les partis politiques mettent déjà les mains à la pâte. Ils s’affairent à élaborer des listes. Et au même moment, la population ignore tout de ce rendez-vous auquel d’ailleurs elle ne croit pas.

Les élections locales approchent donc à grands pas. L’APW de Tizi-Ouzou, s’est déjà penchée sur ce rendez-vous qui n’intéresse que les candidats et leurs proches.
D’aucun se demande pour quelle raison ces élections auront lieu. Le coût de leur organisation est nettement supérieur au budget réservé aux 67 communes que compte Tizi-Ouzou.
La ventilation des budgets a réservé des miettes aux localités. Le budget supplémentaire pour l’année 2012 a donc été présenté sur la base d’une recette de l’ordre de 4 138 630 003.44 DA et pour couvrir des dépenses de fonctionnement (dépenses obligatoires) de 3DA et propose la répartition de l’excédent de 3 97 091 600.96 DA. Ainsi, on a octroyé 242 291 600.96 DA (61.02%), aux communes, le secteur sports et culture a bénéficié de 57 000 000.00 DA (14.35%), l’action sociale 51 000 000.00 (12.84%), la wilaya 37 300 000.00 DA (9.39%), la voirie de la Wilaya 6000 000,00DA (1.51%) et le développement 3 500 000.00 DA (0.88%). Un budget largement insuffisant. D’ailleurs les projets entamés au niveau de nombreux secteurs sont à la traine.

Pour rappel, le budget primitif dont les communes ont bénéficié est de seulement deux milliards de centimes. On se demande que peut faire une Assemblé locale avec deux milliards de centimes ? Elle n’apporte aucun plus à la situation socio-économique de la Kabylie.
Le nombre des électeurs ne dépasse pas à vrai dire les 10 % dans cette région. Les citoyens ne sont plus dupes comme par le passé. Ils savent pertinemment que les élus ne peuvent rien faire et qu’ils ne s’occupent que de leurs propres affaires. A chaque session de wilaya, le P/APW dresse une longue liste des manques. Mais en vain.

Les doléances de citoyens ne sont jamais prises en considération. Le problème de l’eau potable en particulier au niveau versant nord de la wilaya, la dégradation du réseau routier avec des affaissements de chaussées, le chômage galopant, l’inexistence de politique d’investissement, l’insécurité, la paupérisation, la bureaucratie,… pour ne citer que ceux-là, ne sont jamais pris en charge par l’Etat.
Le nombre de mouvements de protestation initiés par jour montre la profondeur du faussé qui sépare les populations et l’administration. Rien que durant le mois d’août dernier, 65 mouvements de protestation ont eu lieu rien qu’à Tizi-Ouzou, fermetures de sièges des édifices administratifs, blocages de route etc.

Nadia Iflis