Entre simulation et assimilation

0

Contribution d’Amnay (Tamurt) – L’irénisme naïf des communautés musulmanes vient se greffer à une haine viscérale envers la démocratie et toute autre forme de liberté. Le massacre qui se produit à Ghardaia n’est qu’un simple échantillon de la déchéance d’une religion arc-boutée sur un système hégémonique, voire autocrate. 

Les hostilités entre les factions de confessions musulmanes sont un secret de polichinelle, sachant que l’essence même de l’Islam rime avec violence et guerre de leadership. Les exemples de ces guéguerres sont légion de par ce qui se passe dans bons nombres de pays tels que l’Irak, Syrie, Liban, Nigéria…l’instrumentalisation de la religion, de surcroît entée par une politique d’arabisation à outrance ne fera qu’affaler l’Algérie aux entrailles du cataclysme.

L’Islam obscurantiste sort ses dagues pour les enfoncer dans la chair de la démocratie et laisser saigner les libertés à foison. Développant une exécration sans limites envers toutes pensées critiques, les musulmans s’agrafent vaille que vaille au sacro-saint d’une intolérance acerbe à l’égard de ce qui s’éloigne de la centrifugeuse islamiste.  En cette période du mois sarclé, rame-à-dents, le matamorisme religieux atteint son apogée. Des villes quasi fantomatiques, où les mauvaises haleines exhalent des miasmes à vous faire perdre connaissance, le quotidien du pauvre citoyen est réduit au strict minimum. Et pour boucler la boucle, le son des braiments, l’appel du muezzin, résonne de partout à telle enseigne que ça crève les tympans.

Au milieu de ce charivari, la Kabylie n’a nullement intérêt à se disloquer dans une Algérie accoutumée à l’échec et à l’assimilationnisme. Les tirs au flanc de certains couards sur la Kabylie visant en premier lieu le MAK ne sont en réalité qu’un coup de pouce pour tout militant épris de sa Kabylie. Les ennemis de la Kabylie voient à travers le prisme de la réalité qui n’est autre qu’une revendication légitime et loyale.

 

Amnay