Les États-Unis premier producteur de pétrole en 2018

0

Selon les prévisions de l’Agence internationale de l’énergie publiées vendredi 19 janvier 2018, la production de pétrole des États-Unis est en pleine croissance et surpassera cette année celle de la Russie (11 millions de barils par jour) et de l’Arabie saoudite (10 millions de barils par jour).

Le rapport mensuel de l’agence onusienne explique que la production américaine, qui touche déjà son niveau le plus élevé en 50 ans, dépassera en 2018 les 11 millions de barils par jour, quand des prix plus élevés inciteront les producteurs à accélérer la cadence.

Le cours du pétrole brut (light sweet crude (WTI)) est passé de 42 $ le baril en juin 2017 à 64 $ en janvier 2018, soit une hausse d’environ 50 %. Le prix est moussé par la robustesse de la croissance économique et l’engagement de la Russie et des pays de l’OPEP à limiter leur production. La Russie et l’Arabie saoudite perdraient 117 et 100 millions de dollars par jour respectivement en raison de cet engagement. La demande mondiale pour le pétrole devrait progresser de 1,3 million de barils par jour en 2018, soit la même hausse que celle constatée l’an dernier.

Il est bien de souligner que contrairement à la propagande officielle, l’Algérie est loin d’être une puissance énergétique. Elle est classée au 18è rang des pays producteurs de pétrole, avec une production qui avoisine 1,1 millions de barils par jour, soit un peu moins de 0,9 % de la production mondiale. L’année 2017, a connu une baisse de production d’environ 400 000 barils par jour comparativement à 2016. La consommation intérieure qui a considérablement augmenté ces dernières années gruge 415 000 barils par jour. Conséquemment, la part de la production exportée, qui constitue 98 % des recettes de l’ensemble des exportations du pays, s’est sensiblement réduite en 2017.

Enfin, il est toujours utile de rappeler et d’hurler que la manne pétrolière profite exclusivement aux régents d’Alger et leurs progénitures qui se la coulent douce dans les quartiers cossus de Paris. Le bas peuple se contente des os, du football, d’un discours religieux des plus rétrogrades et de la matraque. Vivement une vraie économie en République de Kabylie.

Amayas B.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici