Des étudiants d’Oran n’ont jamais entendu parler du FFS et du RCD

15
Sadi et Ait Ahmed

ALGÉRIE (Tamurt) – Les divergences politiques entre kabyles et Algériens est plus importante que tout le monde le croit. Des étudiants Oranais, et ils sont nombreux, affirment qu’ils ignorent même l’existence du FFS et du RCD. Pourtant ce sont des formations politiques dites nationales, dont la première a été créée en 1963 et la seconde en 1989.

 » Mes camardes Oranais disent qu’ils n’ont jamais entendu parler, par exemple, de Saïd Sadi. Ils disent juste qu’ils ont entendu parler de partis « kabyles » et d’un mouvement séparatiste. Pour Aït Ahmed, certains pensent qu’il a été tué par l’armée Française avec Ali la pointe. Ce sont, en résumé, les opinions des étudiants Oranais », nous confie Zahir, un étudiant kabyle établi à la ville d’Oran depuis le début des années 1990 avec sa famille.  » On est toujours considéré comme des étrangers par les Oranais. Certes, ils sont gentils avec nous, mais on est perçu comme des kabyles qui n’ont rien à avoir avec l’Algérie. A vrai dire, même certains Algériens souhaitent notre indépendance », ajouta Zahir.

Ce dernier affirme que toutes le couches de la société Ornaise ou bien de la région sont pour Bouteflika ou acquises aux partis islamistes, mais jamais à un courant politique kabyle. » A mon avis, les ornais, comme une bonne partie des Algériens, ne sont pas vraiment racistes, mais juste ils pensent vraiment qu’on n’est pas des Algériens. Je me demande alors pourquoi nous les kabyles on leur colle aux fesses depuis des décennies alors qu’historiquement la Kabylie est un pays à part, et ceci avant 1871″, précise le jeune étudiant Zahir.

Ravah Amokrane