Pour étudier Tamazight, les écoles exigent l’autorisation des parents

14
Déclaration pour étudier Tamazight

ALGERIE (Tamurt) – Les attaques et les dénigrements contre la langue Tamazight continuent en Algérie. Les élèves qui ont affiché leur volonté d’étudier la langue Tamazight, sont obligés de présenter une autorisation paternelle. Cela se passe à Alger.

Des déclarations sur l’honneur sont remises à ces élèves et elles doivent être signées et légalisées à la mairie, pour enfin voir le dossier de la demande d’apprendre la langue Tamazight étudié par le directeur de l’école et avoir ensuite une réponse qui pourra être négative. Comme si l’apprentissage de cette langue, qui est la langue maternelle d’une bonne partie des enfants algérois, représente un danger pour eux au point de demander l’aval de leurs parents.

La langue arabe a été pourtant imposée aux kabyles et jamais une autorisation paternelle n’a été exigée depuis 1962 aux écoliers kabyles. Si c’état le cas, aucun parent kabyle n’acceptera que son enfant apprenne la langue des Saoudiens. Au fait, exiger une déclaration sur l’honneur pour apprendre la langue Tamazight n’est qu’une autre forme de mépris, d’humiliation et de racisme sans limite. Même l’apprentissage des langues étrangères, le Français et l’Anglais, n’est pas soumis à des autorisations paternelles. « J’étais stupéfait lorsque mon fils, qui est à l’école primaire, m’a présenté cette déclaration sur l’honneur à remplir. J’étais toujours contre le projet du MAK, mais ces derniers temps je commence à changer d’avis », nous déclara avec colère une mère kabyle qui habite la ville d’Alger.

Lounès B 

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici