Evénements d’octobre 88: Aucune commémoration à Tizi Ouzou

0

KABYLIE (Tamurt) – La commémoration du vingtième anniversaire de la révolte d’octobre 1988 est passée complètement sous silence dans toute la wilaya de Tizi Ouzou où aucune activité, aussi petite soit-elle, n’a été organisée dans la région.

Cette indifférence à l’égard d’un événement qui est loi d’être banal pour les algériens des autres régions du pays démontre encore une fois que la région de Kabylie a ses propres repères et ses propres dates historiques et symboliques. En réalité, si l’on excepte l’épisode très douloureux de l’affaire Matoub Lounès, qui avait été grièvement blessé par balles réelles, par un gendarme à Michelet, la révolte d’octobre n’est pas vraiment passée par la région de Kabylie. La révolte kabyle a eu lieu bien avant le 5 octobre. Elle avait commencé déjà au lendemain de l’indépendance confisquée avec l’affaire du FFS et tout ce qui s’en est suivi en 1963. Les kabyles ont été les premiers à s’être soulevés contre la dictature de Ahmed Ben Bella et ses acolytes qui ont pris le pouvoir par la force et écarté tous les artisans de la guerre et de l’indépendance.

Le deuxième soulèvement de la Kabylie contre la dictature du régime du FLN a eu lieu pendant le printemps berbère d’avril 1980. D’ailleurs, contrairement aux émeutes d’octobre 1988, les événements du printemps berbère sont commémorés chaque année de manière grandiose dans les quatre coins de la Kabylie et la journée du 20 avril est décrétée de fait par la population une journée sans école. Quant aux événements d’octobre, il n’y a que la journée du 9 octobre qui est commémorée en Kabylie et qui intéresse les kabyles. Chaque année, la journée du 9 octobre elle est marquée en guise d’hommage à Matoub Lounès.

Tarik Haddouche