EXCLUSIF – Ouyahia viré, Zerhouni chef des armées : que se trame-t-il dans le sérail?

16

ALGÉRIE (Tamurt) – Des sources dignes de foi indiquent qu’un changement substantiel du gouvernement algérien sera annoncé dans les prochains jours. Ce changement interviendrait au lendemain du premier conseil des ministres à être présidé par Bouteflika cette année.

Ce Conseil serait donc le dernier pour nombre des membres actuels de l’équipe gouvernementale à en croire les mêmes sources. Le changement concernerait en premier lieu le poste de premier ministre : Ahmed Ouyahia est donné comme « partant » par certains et Ambassadeur par d’autres, mais contrairement à certaines rumeurs, il ne serait pas question du retour de Belkhadem.

Le poste aurait été en ballotage entre deux hommes de confiance de Bouteflika qui aurait été finalement confié à Abdelmalek Sellal, son directeur de campagne à deux reprises et actuel ministre des Ressources en Eau.

Le deuxième homme fort du président qui aurait convoité le poste n’est autre que l’actuel ministre de l’Intérieur, Noureddine Yazid Zerhouni. Cependant, il serait celui qui aura créé la plus grande surprise de ce remaniement, puisque l’antikabyle notoire de par ses déclarations anciennes et récentes et sa gestion périlleuse des évènements du printemps noir de 2001 s’apprêterait à être nommé… Ministre de la Défense.

À vrai dire, on ne parle plus du traditionnel poste de « Ministre délégué auprès du ministre de la Défense nationale », mais d’une fonction qui est constitutionnellement exercée par le Président de la République puisqu’il est en même temps ministre de la Défense et chef des forces armées.

Si elle se confirme, cette nomination suscitera plusieurs interrogations : Bouteflika n’est-il plus apte à assumer toutes ses tâches pour les partager « publiquement » avec son entourage influent ? Mais surtout, pourquoi remettrait-on une kalachnikov à quelqu’un qui, déjà ne manie pas bien le pistolet, à ce moment précis de l’évolution du dossier kabyle ?