Explosion d’une bombe entre Timizart et Iflissen en Kabylie maritime – Un étudiant de 20 ans grièvement blessé

0

L’insécurité ronge toute la Kabylie. La mort guette les civils à chaque coin, et la sécurité des personnes est le dernier souci du pouvoir. Après l’enlèvement et l’assassinat de Hadjou Aghilès, 19 ans, la semaine dernière à Azeffoun, la Kabylie maritime est de nouveau sous le choc. Un autre jeune âgé de 20 ans, étudiant de son état, a été grièvement blessé, hier après-midi, après avoir marché sur une bombe artisanale enfouie sous un sente dans la forêt Avarane qui chevauche els deux localités d’Iflissen et de Timizart, en Kabylie maritime, au nord de Tizi-Ouzou.

La victime est originaire du village Igharviyen, dans la localité de Timizart, dans la région des Ath Djennadn, alors qu’il faisait paître son troupeau. L’explosion ne lui a laissé aucune chance. Selon des habitants de ce village, la victime a été mutilée et amputée d’une jambe. Elle a été évacuée en urgence à l’hôpital de la ville côtière d’Azeffoun. « Le jeune étudiant a subit une intervention chirurgicale cruciale», regrette un habitant du village Igharviyen. Notre source précise que cet engin explosif est posé par les groupes islamiques armés qui infestent la région.

La nouvelle de ce nouveau drame a fait le tour de la région de la Kabylie maritime. Les habitants de la région sont consternés par ces drames qui n’en finissent pas. Le conflit engendré par le pouvoir et ses islamistes continue à endeuiller les citoyens Kabyles, depuis plus de 20 ans. Plusieurs autres personnes sont victimes de ce genre de drame, notamment au niveau des localités forestières. A Mizrana par exemple, au nord de Tizi-Ouzou toujours, plus d’une dizaine de civils ont été victimes d’explosions de bombes artisanales ces dix dernières années. La dernière en date s’est produite le mois de janvier 2012. Un jeune du village Tizi N’Bouali a sauté sur un engin explosif. Il a été aussi amputé de sa jambe. À Yakouren, ce gendre d’explosifs fait des ravages. Les forêts sont minées. Ce sont de lieux où rode la mort.

Izem Irath