Extraction du sable à la rivière de Sébaou : La gendarmerie s’acharne sur les Kabyles

9

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Ce qui se passe à la rivière de Sébou qui longe tout le département de Tizi-Ouzou, du haut des montagnes du Djurdjura jusqu’à Dellys, est grave. Très grave même. Les gendarmes redoublent de férocité envers les jeunes chômeurs kabyles qui travaillent avec leurs pelles à la rivière de Sébaou pour gagner quelques sous, mais étrangement, ils ferment les yeux sur les sablières qui gangrènent cette même rivière.

L’une des sablières qui appartient à un général se trouve justement juste en bas du pont à l’entrée de la localité de Sidi Naâmane, à côté de la RN12, à un jet de pierre du barrage fixe des services de la gendarmerie de ce pont. Ces sablières alimentent les grands chantiers d’Alger et d’autres régions d’Algérie. Une moyenne de 200 camions de sable sont extraits chaque jour de la rivière de Sébaou, au vu et au su de tout le monde.

Les services de sécurité n’interdisent que les petites quantités des jeunes Kabyles. Les quatres Kabyles arrêtés la semaine passée par les policiers ont été incarcérés à la maison d’arrêt de la ville de Tizi-Ouzou. Ils seront jugés pour trafic de sable. Ils risquent au moins 6 mois de prison ferme, la saisie pour une durée de 5 ans de leurs camions et une amende de plus de 150 000 dinars. Selon une source judicaire, plus de 40 autres Kabyles, dont la plupart sont des pères de familles, croupissent dans les geôles du pouvoir raciste d’Alger pour « trafic de sable ».

Le racisme des services de sécurité est flagrant. Il ne s’agit pas de l’amplification des faits, mais d’une réalité que personne n’évoque. Le foncier et l’extraction de sable, sont les deux sujets qu’aucun journaliste n’ose parler. La mafia du sable à Tizi-Ouzou est similaire à celle de la cocaïne en Colombie. « Pour extraire du sable tranquillement à Tizi-Ouzou, il faut payer des taxes aux gendarmes et aux groupes Islamiques armés qui ont aussi une main basse sur cette richesse naturelle », nous confia un camionneur.

Nassim N