Le FFS et le RCD gardent le silence sur la généralisation de la langue arabe

9
Bouchafa FFS

ALGERIE (Tamurt) – Les deux partis politiques kabyles, le FFS et le RCD, n’ont soufflé aucun mot sur les dernières décisions du régime qui consistent à généraliser la langue arabe dans les administrations. Bien que ces deux partis siègent dans toutes les assemblées, y compris au parlement, leur silence sur un sujet aussi sensible est intriguant.

Certes l’ampleur des feux de forêt, enregistrés en Kabylie ces dernières semaines, monopolise l’actualité, mais ces deux partis n’ont pas l’habitude de « consentir » une décision de généralisation de la langue arabe au détriment  de Tamazight et du Français, plus particulièrement dans le secteur des postes et télécommunications. Le RCD a fait de l’officialisation de Tamazight son cheval de bataille, tandis que le FFS a organisé la marche la plus importante depuis sa création contre la généralisation de la langue arabe en 1991. Pourtant, de nos jours, Tmazight est reconnue officielle par le régime d’Alger. Pourquoi ne pas généraliser au moins les deux langues? A la limite que le régime accorde plus d’espace à Tamazight dans les régions berbérophones, comme en Kabylie.

Hormis les militants de base du FFS et du RCD qui ont réagi à leur manière, les directions des deux partis ont, jusque là, gardé le silence. Un silence qui en dit long sur le changement radical des lignes politiques des deux  partis. Pourtant le FFS et le RCD ont été victimes de fraudes électorales lors des dernières législatives du mois de mai dernier. Pourquoi le FFS er le RCD continuent à soutenir  alors le régime?  Ils sont entrain de  creuser, eux même, leur propres tombes et lentement.

Ravah Amokrane