Fin des exportions du gaz et inauguration bientôt de la grande mosquée d’Alger

2
La grande mosquée d'Alger
La grande mosquée d'Alger

ALGERIE (Tamurt) – C’est le début de la fin des richesses naturelles, en Algérie. Les années de vaches maigres s’approchent à grand pas. Ces derniers jours, la presse de ce pays ne parle que de la fin de l’exportation du gaz naturel. Une richesse qui prendra fin au plus tard dans trois ans.

Que sera l’Algérie sans l’exportation des hydrocarbures? Personne ne veut imaginer les conséquences économiques dramatiques que vivra le peuple algérien. Les décideurs de ce pays n’ont rien fait pour se préparer à cette situation prévisible pourtant depuis des années. L’Algérie, surtout sous l’ère de Bouteflika, a dilapidé toute sa trésorerie dans la corruption et la construction de mosquées. D’ailleurs, la fin des exportations du gaz coïncide presque avec l’inauguration de la grande mosquée d’Alger.

Il parait que c’est la deuxième grande mosquée au monde. Que feront les Algériens avec un lieu de culte pharaonique? Tout le monde connait la réponse à cette question. Autre gaspillage incalculable dont l’Algérie a sacrifié toute sa richesse, le financement de l’organisation paramilitaire du Polisario depuis 1975 et aussi la Palestine. Deux organisations pour lesquelles l’Algérie consacre des milliards de dollars dont une partie de l’argent du contribuable. A titre illustratif, l’Algérie dépense plus d’argent pour le Polisario que pour toute la Kabylie.

Ravah Amokrane