Fondation Tiregwa : – Trois jours de rêve Amazigh à Tripoli (partie 2)

1

Une organisation irréprochable:

Ce qui a attiré notre attention le plus durant ce formidable court séjour du 11/12 et 13 janvier, c’est l’organisation parfaite de l’avant, pendant et l’après forum. D’abord dès notre descente d’avion, nous étions accueilli et mener droit au salon d’honneur, le temps que les dizaines d’invités de marque se rassemble. Une fois les formalités de Visa remplies par les organisateurs du forum en collaboration avec la police des frontières, nous étions escortées et dirigées vers les bus avec escortes policières, en avant et en arrière des bus, qui se dirigeaient droit vers l’hôtel où seront logées les différentes délégations étrangères. Le soir nous étions menées vers un restaurant aux allures amazighes avec en sus une visite guidée dans un lieu historique amazigh. Le soir au retour vers l’hôtel, des dizaines de militants Amazighs venant de toute la Tamazgha et de la diaspora ont échangé des points de vue sur divers sujets liés à leur langue, culture et région très instable pour cause de perte de repères identitaires. De fructueux échanges ont eu lieu avec d’imminentes personnalités non amazighes mais sympathisantes avec notre combat, à l’instar du professeur chercheur Vermondo Brugnatelli, spécialiste de la langue Amazighe à l’université de Milano en Italie.

Le lendemain, le 12 janvier, deux bus nous ont amené, toujours sous escorte policière vers le siège du Congrès général national (CGN) où aura lieu le forum sur les droits constitutionnels des amazighs de Libye, tel que décrit ci-haut. Ce qui a attiré notre attention le plus, c’est l’omniprésence de l’armée Amazigh avec plein de drapeaux Amazighs sur les chars et les voitures blindées, laquelle armée a assuré la sécurité du lieu mais aussi le stade qui a abrité le mega-concert de Id n Yennayer/Ixf useggas dans la soirée. Ce qui a poussé un des participants Amazighs venant de loin à dire ceci:« Est-ce que je suis en train de rêver ou c’est la réalité». On encore l’avocat Ahmed Dgharni du Parti démocrate amazigh marocain, qui dans son discours lors du forum, a fait rire l’assistance lorsqu’il a dit que «les centaines de drapeaux Amazighs que j’ai vu flotter sur les chars, j’espère qu’ils ne descendront plus jamais tellement nous les Amazighs on s’est fait toujours avoir, trahis à la fois par les nôtres et les forces coloniales qui nous ont préparés nos dirigeants, ennemis de Tamazight, d’après les indépendances de nos pays alors que c’est nous, les Amazighs, qui ont libérés nos pays de ces même jougs coloniaux».
Ce qui a attiré aussi notre attention durant ce forum, c’est les micro-casques écouteurs avec traducteurs automatisés. En effet, chaque participant au forum a eu droit à une traduction simultanée dans l’une des 4 langues de son choix: Arabe, Anglais, Français et Tamazight. Chaque participant a eu aussi droit à un dossier complet comprenant un bloc-note, un stylo, un programme détaillé des interventions, … le tout avec des inscriptions en plusieurs langues dont Tamazight. Des dizaines de jeunes filles et garçons étaient habillés avec des tabliers sur lesquelles est écrit sur le dos en 3 langues, dont Tamazight, ceci: «Posez moi votre question». Ceci pour dire que les organisateurs ont voulu passer un message clair destiné à la classe politique Libyenne, comme quoi Tamazight est toute prête pour affronter les défis du monde moderne.

Un militant exceptionnel Madghis Umad i

En marge du forum, il y’a différentes expositions d’art, de gastronomie, d’objets traditions amazighs, mais aussi la première revue en Tamazight, d’une excellente qualité, et de manuels scolaires de langue Amazighe, conçus par notre ami, l’infatigable et la véritable machine à produire en Tamazight Madghis Umadi.
Personnellement, moi qui a la chance de visiter sa maison et de me montrer tous les trésors qui s’y trouve, je peux témoigner que Tamazgha a une énorme chance d’avoir un Madghis Umadi en son sein. Notre fondation Tiregwa a défini un ensemble de projets avec lui, qui ont commencés depuis notre dernière visite de travail en Tunisie et en Libye du 23 aout au 4 septembre dernier (Voir : http://tamazgha.ca/spip.php?article62).

Un méga-concert avec feux d’artifice pour fêter Yennayer 2963

Une fois le forum terminé vers 14h, nous étions menés vers l’hôtel avec escorte pour se reposer, manger et reconduits le soir vers le stade de la ville de Tripoli ou un grand gala nous attendait.
Quelle fut notre surprise en voyant un stade bondé de monde avec des centaines de drapeaux Amazighs. (Voir: https://www.youtube.com/watch?v=AmRmg3vLi4k). Ce qui a fait dire à Mme. Kamira Nait Sid, l’infatigable militante associative Kabyle et vice-présidente du CMA, que c’est un rêve qui est en train de se réaliser en voyant tout ce beau monde avec ces merveilleux drapeaux. Qui aurait pensé un jour tel drapeau conçu par l’académie berbère du regretté Dda Bessaoud Md Arab dans les années 60, aurait inondé de cette façon la terre Libyenne débarrassée d’un des pires dictateurs de la planète, aujourd’hui disparu à jamais.

En conclusion

Pour finir le forum a été une excellente réussite comme résumé par le député Ibrahim Sahd du parti du parti du front national (Voir: https://www.youtube.com/watch?v=8wbEc-YmeKI). L’espoir est permis, et rien ne sera comme avant comme expliqué par Mr. Nuri Abu Sahmine, membre de CGN (député) de la région Amazigh Zwara (Voir: https://www.youtube.com/watch?v=h0T71ROGRVw).
Il est à noter que le lendemain du forum, nous avons eu la chance de visiter les locaux de la nouvelle TV Amazigh de la Libye appelée Ibraren (qui veux dire Variétés en Tamazight), une TV privée de Madghis Umadi, qui va émettre sous peu. Aussi nous avons visité le nouveau Centre Libyen pour les cultures indigènes, un centre d’études et de recherches, mais également le siège de la toute nouvelle TV Amazigh ainsi qu’une Radio Amazigh qui va émettre à partir de Tripoli. Il est à noter que des radios amazighs existent déjà à Yefren (Radio Awal), Nalut, Jadu et Zwara entre autres.

Notre séjour à Tripoli a pris fin le 14 janvier après avoir passé trois jours de rêve au milieu de plusieurs personnalités Amazighs du monde, et plusieurs invités de marque, réunis en Libye qui venait de fêter son premier Yennayer officiel, dans une ambiance amical et fraternel. Tout le monde était unanime a dire que les Amazighs Libyens viennent de donner une leçon magistrale a tous les Amazighs du monde comment se réapproprier leur moi identitaire et de se réhabiliter dans ce monde antagoniste qui bouge à la vitesse de la lumière. Dommage que Mouloud Mammeri, Bessaoud Muhand Arab, Matoub Lounes, Said Mahroug Sifaw, Ali Azaykou, … ne sont plus des nôtres pour partager notre immense joie.
Toutefois il reste encore vivant un immense symbole du mouvement Amazigh, en l’occurrence le professeur Mohamed Chafik (né le 07 septembre 1926). Sur son chemin de retour au Canada, notre fondation Tiregwa est allée jusqu’à Rabat passer une nuit, pour non seulement lui donner le compte rendu de ce que nous venons de voir en Libye, mais aussi pour lui rendre un vibrant hommage. Un reportage sur ce sujet suivra.

Racid At Ali Uqasi Fondation Tiregwa