Forum international sur les droits des Amazighs

0
Affiche Tiznit

COMMUNIQUE (Tamurt) – Le Journal « Le Monde Amazigh », l’Association Anamour de Tiznit et l’Association Abaraz de Sousse, en collaboration avec la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté, le Conseil Provinciale de Tiznit, la Mairie de Tiznit et l’Assemblée Mondiale Amazighe, organisent le forum international sur les droits des Amazighs dans le cadre de la « Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones », à l’occasion de la dixième année de son adoption, à la ville de Tiznit du 28 au 30 avril. Il y aura au programme, deux ateliers de formation et de mécanismes d’accommoder  la législation nationale avec les conventions internationales ainsi qu’une table ronde sur le thème : « La situation des droits des Amazighs en Afrique du Nord six années après « le printemps démocratique des peuples ».

A l’occasion du dixième anniversaire de l’adoption de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones en 2007, et la création de l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones, et le mécanisme d’experts autochtones, et le Bureau du Rapporteur spécial des Nations Unies sur les populations autochtones, les organisations de la société civile, cités ci-dessus, ont choisi l’organisation d’un Forum International sur les Droits des Amazighs et qui  coïncide avec le sixième anniversaire du « printemps démocratique des peuples » en Afrique du Nord. Les Amazighs du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie, de la Libye et des pays touarègues comme l’Azawad, ont connu certaines avancées en ce qui concerne les droits linguistiques et culturels et l’adoption de l’égalité et la reconnaissance constitutionnelle de Tamazight comme langue officielle, au moins dans deux pays. Malgré  les dites reconnaissances,  les Amazighs continuent à être objet des politiques de discrimination et de répression.

Cette activité internationale aura pour objectif d’évaluer la situation des droits des peuples autochtones en Afrique du nord, après six ans de l’adoption des amendements constitutionnels au Maroc, qui a été approuvé lors d’un référendum le 01 Juillet 2011, et après plus d’un an sur la reconnaissance officielle de la langue Tamazight en Algérie. Ce dernier Etat, qui détient encore pour la deuxième année consécutive, des dizaines de militants des droits de l’homme dans la région de Mzab sans procès, risque de condamner à mort certains militants comme le Dr. Kameleddine Fekhar qui a entamé sa sixième grève de la faim. Ce forum international est également un  espace idéal pour analyser la situation des droits humains en Libye, après le sixième anniversaire de la révolution libyenne, et dont  la souffrance subi à la suite de la guerre civile interne, ne cache pas les attitudes de   racisme et de discrimination dont sont l’objet les Amazighs, et dont les nouvelles autorités refusent d’approuver le Tamazight comme langue officielle dans la Constitution libyenne. Ce forum est également une occasion de discuter de la situation des Amazighs en Tunisie, trois ans après de l’adoption de l’Assemblée nationale constituante tunisienne le 26 Janvier 2014, et dont la Constitution postrévolutionnaire ne reconnaît pas l’identité amazighe du pays, ni la langue et la culture amazighes. Malheureusement, la Constitution continue à stipuler que la Tunisie appartient à la nation « arabo-islamique », et vise à réaliser « l’unité arabe », au détriment de la diversité ethnique, identitaire et culturelle.

Rachid Raha