Gabriel Levy, un grand ami de la Kabylie vient de nous quitter

10
Gabriel avec la casquette premier de gauche à droite

MUNICH (Tamurt) – Gabriel Levy était un grand ami de la Kabylie. C’est grâce à lui que la question kabyle a été introduite au parlement fédéral allemand, le « Bundestag » à Berlin, en 2011. Gabriel trouvait notre combat légitime et approuvait le droit du peuple kabyle à l’autodétermination. Arrivant de France au milieu des années 70, Il avait à partir de Munich brillamment défendu notre cause, auprès de la gauche allemande qui faisait la sourde oreille à toute revendication souverainiste.

Pour mieux comprendre son implication en faveur de notre cause, Il est utile de rappeler que la gauche européenne en général est très allergique à l’émergence de nouveaux pays. Elle interprète l’aspiration légitime des peuples à leur autodétermination de velléités sécessionniste visant l’effritement des pays stables pour les affaiblir et permettre aux USA de mettre la main sur leurs matières premières. Pour briser cette barrière, qui handicape la gauche et la prive de la sympathie des peuples opprimés, Gabriel avait fait preuve d’une extraordinaire subtilité intellectuelle. Il était allé puiser la solution dans l’histoire de l’international socialiste. Il évoquait les positions de Lénine et de Rosa Luxembourg en faveur des minorités. Il soulignait aussi leur influence sur l’ex URSS pour épargner aux Républiques soviétiques un unicisme linguistique à la Staline et autres dictateurs qui auraient amoché davantage l’ex URSS. Il dénonçait avec une grande conviction l’acculturation et l’asservissement que l’Algérie imposait pour briser la culture kabyle et amazigh en général.  La force de cet argumentaire nous avait permis de briser le mur de glace qui nous tenait à l’écart de la gauche.  Des entretiens préliminaires étaient désormais rendus possibles et le déplacement d’une délégation kabyle au Bundestag soldée par l’interpellation de la chancelière par le parlement fédéral, avait eu lieu.

Son souhait était de voir le peuple kabyle érigér un Etat, laïc, démocratique et sociale qui ne laisserait aucune personne aussi diminuée soit-elle à l’écart. Il insistait beaucoup sur la justice sociale et le partage des richesses de façon équitable. Gabriel faisait partie de ces grands hommes qui, comme des fourmis, travaillent loin des feux de la rampe, pour les causes justes qu’ils ont eux-mêmes choisies en leur âme et conscience. L’engagement de Gabriel pour la Kabylie nous honore. Il restera un gravé dans notre histoire.

On s’était vu en janvier 20117 pour la dernière fois à Berlin, à l’occasion de la fête de Yennayer organisée par DKF dont il était membre actif depuis sa création. Même avec une santé chancellante, Il avait pris le micro pour dénoncer l’agression de l’Etat israélien sur les Palestiniens. Il était scandalisé par l’histoire que lui avait raconté son médecin à Munich. Ce dernier avait vu ses oliveraies en Palestine ravagées par le feu allumé par la Tsahal. Il avait aussi brillamment évoqué le droit des Kurdes à leur indépendance, si ce n’est l’hypocrisie et la déloyauté de l’Europe. En un mot, Il était un grand humaniste et patriote de toutes les patries opprimées comme l’était notre cher Lounés.

Gabriel Levy sera enterré aujourd’hui, le 07.07.2017, au cimetière juif de Munich, Garchinger Strasse 37. Devant cette dure épreuve, j’adresse, en mon nom personnel, au nom de l’association DKF et au nom de la rédaction Tamurt, mes condoléances les plus attristées à sa famille. Repose en paix, cher Gabriel, la Kabylie ne t’oubliera pas. Elle te remercie pour ton engagement si sincère et si profond.

Lyazid Abid, militant kabyle