Gao (Tamurt) : Azawad, communiqué de Presse : Le MNLA dénonce la politique de terreur orchestrée par les divers groupes armés islamistes sous le contrôle de puissances étrangères

9

AZAWAD (Tamurt) – Hier, un enseignant de 50 ans a été abattu à Gao par des inconnus qui tentaient, semble-t-il, de lui voler sa moto ou bien, plus probablement, l’ont-il assassiné avec préméditation dans le but de soulever la population locale contre le Mouvement National de Libération de l’Azawad.

A l’heure actuelle nous ignorons encore l’identité des criminels mais l’ignoble assassinat, que nous condamnons avec le plus grande fermeté, a été instrumentalisé par certains groupes armés dans le but évident de soulever les populations Songhaïs contre leurs frères Touaregs du MNLA. La manifestation organisée aujourd’hui à Gao, en direction du gouvernorat où siège le CTEA, était entièrement sous le contrôle de ces groupes armés, ce qui donne un aperçu des motivations réelle des initiateurs de la marche. Nous savons qu’il y a une coalition internationale contre la libération de l’Azawad et nous savons aussi que tous les moyens seront utilisés pour cela, quitte à faire assassiner les populations ou encore à imposer la charia aux populations civiles qui ont courageusement exprimé leur refus catégoriques des groupes islamistes présents sur le territoire de l’Azawad.

En mon nom personnel, et au titre de Chargé des droits de l’Homme et de l’action humanitaire, je condamne avec la plus grande fermeté l’assassinat d’un citoyen de Gao. Je condamne également tous les groupes armés qui font usages de leurs armes contre la population civile et qui usent de la violence au nom de la religion qu’ils instrumentalisent dans le but de spolier le peuple de l’Azawad de sa liberté, une liberté si chèrement acquise et au bout de tant d’années de sacrifices.

Je condamne ces actes criminels et inhumains avec d’autant plus d’aisance que je peux affirmer avec certitude que ni le MNLA, ni son Armée de libération nationale ne sont impliqués dans les violences contre les civils azawadiens et ils ne le seront jamais, quels que soient les obstacles que les ennemis de l’Azawad mettront sur leur chemin, y compris par l’instrumentalisation de groupes armés agissants en concertation avec des puissances étrangères contre notre peuple et dans l’intérêt exclusif de ces puissances.

Le président du CTEA, Bilal Ag Acherif, le Chargé de la sécurité intérieur, le Colonel Hassane Ag Fagaga, et le chargé de la défense nationale, le colonel Mohamed Ag Najim feront très prochainement des déclaration avec des positions claires et tranchées sur la situation inquiétante qui prévaut actuellement dans l’Azawad et prendront les mesures qui s’imposent en pareilles circonstances. Une enquête sera également diligentée afin de déterminer avec précision les auteurs de cette tragédie.

Ibrahim Ag Mohamed Assaleh,

Chargé des azawadiens, des droits de l’homme et de l’action humanitaire auprès du CTEA

Gao, le 26 juin 2012