Le gaz de ville tue à Tizi Ouzou : 4 mort depuis le début de l’hiver

2

SOCIÉTÉ (Tamurt) – Depuis le début de la saison froide, la wilaya de Tizi-Ouzou a enregistré pas moins de quatre victimes du gaz de ville. Il s’agit de personnes décédées suite à l’inhalation du monoxyde de carbone. La dernière victime a été enregistrée samedi dernier au village Ath Aicha, dans la daira de Bouzeguene, près d’Idjeur, a-t-on appris de source locale.

La victime a perdu la vie après avoir été asphyxiée au monoxyde de carbone. La victime qui était âgé de 65 ans a été découverte par les éléments de la protection civile à l’intérieur de sa maison. Les services de sécurité ont ouvert une enquête pour déterminer les circonstances exactes de cette mort. Rappelons qu’il y a vingt jours, c’est un couple de septuagénaires qui a également perdu la vie dans les même circonstances au village Ath Ahmed dans la daira de Maâtkas, toujours dans la wilaya de Tizi-Ouzou alors que la quatrième victime avait été enregistrée dans la région d’azeffoun, il y a près d’un mois.

Notons que dans la majorité des cas, la mort par inhalation du monoxyde de carbone touche plus les personnes âgées, en général ceux qui ont plus de 60 ans et généralement vivant seules. Les services concernés devraient se pencher sur ce genre de drames qui endeuille chaque année plusieurs familles. Pourtant, les conditions de la mise en service du gaz naturel sont très strictes. Les plombiers et les chauffagistes doivent avoir un agrément de la part de la société Sonelgaz pour assurer la mise en service du gaz, après bien sûr avoir procédé à toutes les vérifications nécessaires de manière stricte. Pourquoi donc il y a autant de décès ? La question reste posée tant qu’une enquête n’est pas enclenchée dans ce sens pour situer les responsabilités.

Tahar Khellaf