Géopolitique/ Course de vitesse dans l’Azawad – Berbères laïques contre Arabes jihadistes : le « grand jeu » saharien a commencé.

9

REVUE DE PRESSE (Tamurt) – Les deux organisations n’ont pas le même drapeau : le MNLA arbore une bannière vert-rouge-noir, avec un triangle jaune en chevron ; Ansar Dine, l’étendard noir des islamistes. Elles n’ont pas les mêmes buts : le MNLA veut créer un Etat-nation dans l’Azawad (« Le Pays des Pâturages »), c’est à dire le nord du Mali actuel, à peuplement touareg, mais ne revendique pas le reste du pays, centré sur Bamako ; alors qu’Ansar Dine parle d’une « république islamique », qui pourrait s’étendre à la fois sur le Sahara et le Sahel. Et si le MNLA affiche des idéaux démocratiques et laïques, ses rivaux veulent instaurer immédiatement la Chariah.

Les deux groupes ont pourtant combattu l’armée malienne ensemble, et semblent s’être réparti le contrôle des « territoires libérés ». C’est le MNLA qui pris Tombouctou : mais trois jours plus tard, la ville était quadrillée par les islamistes. Cette guerre, il est vrai, constitue une revanche historique pour l’ensemble des Touaregs. L’Azawad, territoire plus grand que la France (entre 600 000 et 800 000 kilomètres carrés, selon les définitions), où nomadise une population éparse mais ethniquement homogène (1,5 million d’habitants, dont 85 % de Touaregs berbères) n’a jamais accepté son incorporation au Mali, l’ancien Soudan français, dominé par les populations nigéro-congolaises.

Une première rébellion avait éclaté en 1958, quand les Français préparaient le pays à l’indépendance. Une seconde, en 1963, trois ans seulement après cette indépendance, avait été réprimée dans le sang. Une troisième, au début des années 1990, avait eu plus de succès : les autorités maliennes avaient accepté, lors des accords dits de Tamanrasset, en 1991, de retirer leurs troupes de la région, et donc de concéder à la population locale une autonomie de fait.

La rébellion actuelle a eu pour cause immédiate la chute du régime kadhafiste : des Touaregs maliens qui servaient le dictateur ont pu piller au profit du MNLA, alors qu’ils se repliaient sur l’Azawad, d’importants matériels militaires. Mais elle a deux causes plus profondes : le jeu de l’Algérie ; et un contexte général de « liquéfaction » des structures issues de la décolonisation.

Les Etats arabo-musulmans d’Afrique du Nord ont tous tenté, depuis les années 1960, de s’emparer du Sahara, région sous-peuplée mais dotée d’immenses richesses minérales : pétrole, gaz naturel, uranium, or, bauxite, phosphates. Le Maroc a d’abord revendiqué la Mauritanie, avant d’annexer l’ancien Rio de Oro espagnol (le Sahara Occidental). La Libye a tenté de s’implanter au Tchad ou au Niger. Mais l’Algérie, déjà maîtresse de la moitié nord du Sahara, a cherché à imposer sa tutelle à l’ensemble des pays sud-sahariens : du Sahara Occidental, qu’elle dispute encore aujourd’hui au Maroc, jusqu’au Niger. Sans la France, ex-puissance coloniale qui a constamment assuré un contrepoids, elle y serait sans doute largement parvenue.

Alger a longtemps justifié ses ingérences par la lutte contre « l’insécurité », le trafic de drogue et l’islamisme. Mais il est avéré que ses services soutiennent, depuis plusieurs années au moins, Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI), un groupe islamiste armé qui opère dans tout l’espace saharien (Il a notamment procédé à la capture d’humanitaires ou de scientifiques européens – dont plusieurs Français – en Mauritanie et au Mali.)

Cette OPA sur l’islamisme – une forme de stratégie indirecte – modifie le rapport de forces dans la région. La France pouvait naguère contrecarrer les ingérences algériennes directes avec des moyens relativement restreints : pressions diplomatiques, déploiement militaire léger. Aujourd’hui, la diplomatie n’est plus de mise. Un Français installé à Bamako explique : « Quand les gouvernements sahéliens, appuyés par le Quai d’Orsay, leur demandent de les aider à combattre les islamistes, les Algériens répondent toujours favorablement. A condition qu’on passe par leurs conditions. Sinon, fin de non recevoir. » Militairement, la situation s’est « complexifiée », selon le même observateur : « L’islamisme est un adversaire sans visage, difficile à localiser, susceptible de recourir au terrorisme tant en Afrique qu’en France même. L’affronter coûte cher. Financièrement et politiquement. »

L’alliance entre l’Algérie et AQMI suscite un malaise grandissant chez les nationalistes touaregs. Et conduit le MNLA à solliciter l’appui de la France : « Pour nous, c’est Alger l’ennemi principal. Pas Bamako ». De fait, Hervé de Raincourt, le ministre français de la Coopération, n’a cessé d’appeler, depuis plusieurs semaines, à un dialogue entre les autorités maliennes et le MNLA. En distinguant soigneusement cette organisation (« qui n’a pas de lien avec AQMI ») d’Ansar Dine, qui a contrario en aurait.

Pour l’instant, le MNLA ménage Ansar Dine en tant qu’organisation touarègue authentique. Son chef actuel, Iyad Ag Gheli, avait été l’un des chefs de la révolte de 1990-1991. Sa tribu, les Iforas, est l’une des puissante de l’Azawad. Et c’est sur son territoire que se situe Kidal, la capitale. Alors que l’AQMI est perçue comme une organisation totalement étrangère. Mossa Ag Attaher, le porte-parole du MNLA, explique à Valeurs Actuelles : « Le noyau originel d’AQMI, c’étaient des membres du Groupe salafiste pour la prédication (GSP), un mouvement islamiste algérien, à qui le gouvernement malien avait donné asile. Ils ont finalement fait allégeance au pouvoir algérien. Et se sont étoffés avec des renforts arabes, burkinabés, nigérians, mauritaniens. Nous ne tolérerons pas cette intrusion. »

Tout au long du mois de mars, le MNLA a multiplié ses menaces envers AQMI – et ses mises en garde à Ansar Dine. Va-t-on vers des affrontements entre Touaregs et « Arabes » ? Ou même une guerre civile entre Touaregs ? Mais inversement, si le MNLA l’emporte, pourra-t-il éviter d’intervenir en-dehors de l’Azawad ?

De tous les peuples de l’Afrique occidentale, les Touaregs ont été les derniers à se soumettre aux Français, en 1902 seulement. Jusque là, ils disposaient d’un quasi-Etat indépendant : une confédération de tribus, dirigée par un roi élu, l’Amenokal. Aujourd’hui, on compterait de 6 à 10 millions de Touaregs dans l’ensemble des pays sahariens et sahéliens. Avec les autres ethnies berbères de la région, notamment les Maures de Mauritanie, du Sahara Occidental et du Sénégal, ils formeraient une nation d’une quinzaine de millions d’âmes. Pourquoi n’auraient-ils pas droit à un autodétermination collective, qui leur donnerait, accessoirement, pleine souveraineté sur leur fabuleux sous-sol ?

Pendant un demi-siècle, le principe de l’ « intangibilité des frontières issues de la décolonisation » s’opposait, dans le Sahara comme dans le reste de l’Afrique, à une telle évolution. Mais il revêt aujourd’hui moins de force que par le passé. En 2011, le Soudan du Sud, noir et non-musulman, s’est séparé du Soudan, arabisé et islamique. La Libye postkadhafiste semble suivre le même chemin : ses trois régions traditionnelles (Cyrénaïque, Tripolitaine, Fezzan) se sont déclarées autonomes, et il pourrait en aller de même du Nfoussa, le pays berbère situé à l’ouest de Tripoli. La Kabylie est entrée dans une sorte de « sécession douce » face à l’Algérie : un « gouvernement provisoire kabyle », l’G.P.K., a même été constitué, sous la direction du barde national Ferhat Méhenni.

Le MNLA ne cache pas ses liens avec l’G.P.K., dont il a repris l’idéologie identitaire laïque. Et il a participé au Congrès mondial amazigh, qui réunissait la plupart des mouvements nationalistes berbères à Rabat, le 12 mars.

(c) Michel Gurfinkiel & Valeurs Actuelles, 2012