La gifle de Djamel Menad à Hannachi

0
Hannachi et Menad

KABYLIE (Tamurt) – L’ancienne figure de proue de la Jeunesse sportive de Kabylie, Djamel Menad, a administré une véritable gifle au Président de plus impopulaire et le plus indésirable dans l’histoire de la JSK, Moh Chérif Hannachi.

En effet, la JSK d’aujourd’hui et tant qu’elle est présidée par Hannachi, ne représente ni la Kabylie ni ses aspirations profondes. C’est pourquoi, ne pas remporter la victoire à domicile n’est ni une surprise ni une source de déception. Il faut vraiment être naïf pour croire que la JSK pourrait encore briller sans ses véritables enfants, sincères et surtout honnêtes, tels le brillant et très estimé Djamel Menad. Malheureusement, ce dernier qui aurait pu hisser le club kabyle dans les plus hautes cimes est pour le moment, malgré lui, entraîneur du Mouloudia Club d’Alger (MCA).

Et c’est en cette qualité qu’il a administré la gifle à Hannachi lors du match disputé samedi dernier à Tizi-Ouzou. Menad a réussi à repartir en privant la JSK des trois points de la victoire à domicile, qui était le résultat juste d’une formalité à l’époque de l’équipe des Menad, Amara, Sadmi, Adghigh, Fergani, Bouiche, Heffaf, etc. La JSK reste un patrimoine de tous les kabyles car personne ne peut la détourner éternellement de sa trajectoire et de sa véritable vocation. Provisoirement donc, Hannachi et consorts peuvent continuer de tuer, à petit feu, ce symbole. Mais la JSK reviendra tôt ou tard aux kabyles.

C’est sans doute avec un cœur déchiré que Menad est venu battre la JSK à Tizi-Ouzou, lui dont le seul amour de sa vie est cette même JSK. Mais le contexte actuel exige malheureusement ce genre de leçons à l’élève cancre qu’est Moh Chérif Hannachi, qui continue de régner tel un despote sur le club le plus prestigieux de Tamazgha avec la complicité des voyous et d’une poignée de journalistes locaux dont l’opportunisme est un secret de polichinelle.

Tahar Khellaf