Grand rendez-vous scientifique et culturel au village d’Aguni Bbuffal

0
Rachid Ait Ali Uqasi

SOUK LETNINE (Tamurt) – Le village d’Aguni Bbuffal dans la commune de Souk-El-Thnine a vécu, hier, sur initiative de l’association culturelle locale « Uzzal » au rythme d’activités culturelles et scientifiques. En effet, ce grand rendez-vous scientifique et culturel, qui a réuni un public nombreux et parmi lequel se trouvaient de grandes personnalités scientifiques, culturelles et politiques, à l’instar de Samir Ait Belkacem,  Bouaziz Aït-Chebib, Hocine Azem …, a été marqué par des projections de films d’animation, de conférence et de gala artistique.

Concernant ce produit cinématographique et audiovisuel, il n’a été autre que le célèbre film d’animation « Li Mucucu ». Sa projection, qui a été fortement saluée par le public, a eu lieu en présence de Samir Aït-Belkacem, auteur qui a assuré la doublure de la voix en version kabyle. La notoriété de « Moutchoutchou » version kabyle, faut-il le rappeler, a connu un énorme succès.

En ce qui concerne la conférence, qui a pour thème : « La place de Tamazight dans l’audiovisuel algérien et l’aliénation identitaire», elle a été animée par le Pr Racid At Ali uQasi. Le conférencier a assuré devant une assistance nombreuse et attentionnée et au même temps savante que certains produits de l’audiovisuel constituent un danger pour l’identité, et ce tant par le contenu que par la nature de leur forme langagière, c’est-à-dire la langue avec laquelle le produit est diffusé au public, jeunes et moins jeunes notamment. Le conférencier a mis un accent particulier sur la grande symbiose existante entre le produit audiovisuel et son impact sur son destinataire.  Le pouvoir algérien utilise ce secteur pour arabiser et salafiser les sociétés Amazighes en finançant des dizaines de Chaînes de TV dites privées à l’instar d’Ennahar, Echoourq … C’est dans ce sens que le Pr Racid At Ali Uqasi a exhorté les hommes d’affaires et autres fortunes kabyles à investir dans ce domaine de l’audiovisuel, et ce en kabyle et pour le public kabyle.

L’école a été considérée également par le conférencier comme le socle principal du savoir et la préservation de l’identité d’un peuple. Pour cette raison, le Pr Racid At Ali Uqasi a fortement plaidé pour la dotation de la nation de sa propre école. Racid At Ali uQasi a lancé un appel en direction de toutes les forces vives de Kabylie afin de s’unir autour de du dénominateur commun qui est  l’école kabyle pour sauver les générations futures de l’arabisme et du salafisme. Pour le conférencier, la Kabylie doit se doter de sa propre école  et de ce fait elle n’a pas d’autre choix que de prendre son destin au matin. Ce constat est aussi valable  pour les autres peuples Amazighs. Notons que tout au long de son intervention, le conférencier n’a usé de terme ou de phraséologie prosaïques ; autrement dit, ses arguments ont été de nature éminemment ultra scientifique Soulignons enfin que cette manifestation a été clôturée par un gala artistique. Celui-ci s’est déroulé dans la soirée. Et encore une fois, le public, par sa forte présence et son implication, a donné une grande envergure à ce gala en question.

Saïd Tissegouine