Grave dérapage du chanteur Idir : « Matoub Lounes n’était pas un Rebelle »

2

CULTURE (Tamurt) – On ne sait pas encore jusqu’où ira Idir dans son délire. Mais cette fois-ci, il s’agit d’atteinte à la mémoire de Matoub Lounes. Il n’est plus question de se compromettre avec un pouvoir qui a confisqué l’indépendance de l’Algérie et ruiné le pays mais plutôt d’atteinte gravissime à la mémoire du plus grand symbole de la Kabylie et de Tamazgha.

Lors d’un passage sur la chaîne de télévision arabo-baathiste « Ennahar TV », à une question de la journaliste sur le poète assassiné le 25 juin 1998, le chanteur Idir donne des réponses voulant réduire Matoub Lounès à un moins que rien. Mais l’une des phrases qui choque le plus, c’est quand Idir déclare clairement, au sujet de l’enfant de Taourirt Moussa : « Il y a des gens qui le voit de manière fausse. Rebelle, etc. », lance d’emblée Idir sans même terminer sa phrase. Le chanteur qui sait pourtant bien parler quand il s’agit d’insulter les centaines de milliers de kabyles sympathisants du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie et d’indépendantistes kabyles, a balbutié quelques mots sans pouvoir aller jusqu’au bout de cette attaque gratuite (mais qui sera bien récompensée par le pouvoir, ça commence déjà) contre celui qui a donné sa vie pour la Kabylie et tamazight. Continuant sur la même lancée, Idir, en parlant de Matoub Lounes, a complètement éludé sa facette de grand combattant et militant ayant joint l’acte à la parole en luttant contre le pouvoir algérien et son armée, contre les intégristes islamistes et contre les kabyles de service. Non, Idir n’a pas parlé de tout ça.

De ce courage qui faisait que Matoub Lounes est resté dans sa Kabylie natale au moment où lui se la coulait douce en France, sans jamais prendre aucun risque ne serait-ce que pour soutenir ses frères restés au pays ou venir assister à l’enterrement du même Matoub Lounes. Idir n’a pas trouvé mieux pour décrire Matoub Lounes que ces phrases : « Matoub, dans sa vérité, c’était un garçon (Idir n’utilise même pas le mot homme) qui a souffert qui a toujours cherché le bonheur qui l’a rattrapé meskine (sic !) ». Idir a ajouté que Matoub Lounes était quelqu’un de fragile. « Il est resté neuf moi avec moi. A l’époque, il était malade ».C’est tout ce que Idir a trouvé à dire, en langue arabe en plus, en parlant de Matoub Lounes sur la chaîne de télévision Ennahar-TV : meskine, malade, garçon, fragile… Ah, si Matoub Lounes était encore vivant ! Une seule chanson ne suffira pas pour lui répondre.

Tahar Khellaf  

2 COMMENTAIRES

  1. Maatoub était en France et habitait paris arrêtez de glorifier l’inglorifiable.
    Il y a plein de gens qui ont fait

  2. Vous n’avez pas honte Idir de parler sur les absents?????????? Quelle honte de votre part . . Respectez les défunts.. Moi qui vous croyait plus intelligent et et vous ne l’êtes pas du tout…..

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici