Grève de 3 jours dans plusieurs secteurs à Tizi Ouzou

4
Crève à Tizi Ouzou
Crève à Tizi Ouzou

KABYLIE (TAMURT) – Alors que la marche du mardi des étudiants a encore eu lieu hier avec la participation de milliers d’étudiantes et d’étudiants de l’université Mouloud-Mammeri, une grève massivement suivie dans plusieurs secteurs d’activité a été observée hier mardi aussi sans que l’on sache qui en est l’initiateur. Il s’agirait d’un appel anonyme lancé via les réseaux sociaux.

L’un des secteurs où la grève en question a eu le plus d’écho, c’est celui de l’éducation. Plusieurs écoles primaires, collèges et lycées de la wilaya de Tizi Ouzou étaient en grève hier et il semblerait que le débrayage en question se poursuivrait jusqu’à jeudi soir. Il s’agit donc d’une grève de trois jours. D’autres secteurs d’activités ont été paralysés par cette grève dont celui des postes et télécommunications. Le débrayage dans ce secteur a été massivement suivie dans toute la wilaya de Tizi Ouzou, a-t-on appris et ce n’est que samedi prochain que les postes rouvriront leurs portes, a-t-on également appris. Curieusement, l’appel du syndicat des travailleurs de la Sonlegaz (Société publique de distribution du gaz et de l’électricité) pour l’observation d’une grève de trois jours depuis hier est tombé dans l’oreille d’un sourd dans toute la wilaya de Tizi Ouzou.

Les travailleurs de Sonelgaz ont travaillé normalement. Par ailleurs, la grève des magistrats, en cours depuis plusieurs jours, a été suspendue hier et le secteur de la justice devrait renouer avec son activité à partir d’aujourd’hui. La décision des magistrats de mettre un terme à leur grève a surpris tout le monde en Algérie d’autant plus que les revendications exprimées par les magistrats sont loin d’avoir été satisfaites.

Pis encore, des magistrats de la cour de justice d’Oran ont été pris à partie par les éléments de la gendarmerie à l’intérieur même du tribunal. La volte-face des magistrats est des plus surprenantes. Les prochains jours s’annoncent très chauds avec l’approche de la campagne électorale pour la présidentielle du 12 décembre. On se demande comment cette campagne peut-elle avoir lieu dans un tel contexte délétère.

Tarik Haddouche

4 COMMENTAIRES

  1. A croire que l’université de tizi contient des milliers d’étudient,l’article parle de milliers d’étudiants,peut_être ils ne sont qu’une centaine de pedegres

  2. Les kabyles sont intelligents et progressistes. Tous les kabyles doivent s’unir et se fédérer pour une seule et même cause : leur LIBERTÉ. Il en va de leur survie. Croire que l’on peut avancer en ordre dispersé, ce n’est en fait que reculer, et accepter de se soumettre au dogme de la dissolution arabo-islamiste. Les imposteurs qui dirigent d’ailleurs très mal ce pays, sont au service d’une doctrine fasciste qui n’est pas la nôtre et qui est incompatible avec nos valeurs et nos intérêts. Si les kabyles veulent continuer à exister, ils doivent rejeter ces amalgames et s’affirmer en tant que berbères et s’enchaîner à leurs vraies racines. Alors pour ne pas succomber à la propagande arabo-islamiste le pouvoir déverse continuellement, attachez-vous au mat du bateau et mettez de la cire dans vos oreilles. La tempête c’est pour bientôt.

  3. Ridicule que de faire les figurants d’une scène qui sert un scenario autre. La Kabylie s’offre comme chair à canons de la lutte des clans. En attendant les « magistrats » ont renoncé à leur grève. Morale, Hirak arabislamique contre la vision militaro-islamique ne donnera pas un pays laic authentique. Au contraire l’unique compromis potentiel sera l’islam épée de Damoclès et l’arabe sa langue.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici