Grève générale à Ath Zmenzer – Halte à l’insécurité

3

L’assassinat d’une vieille femme, répondant aux initiales de A. D., âgée de 83 ans, à l’intérieur de son domicile, à Alma, chef-lieu communal d’Ath Z’menzer, 15 km au sud de Tizi-Ouzou dont le crane a été fracassé à l’aide d’une hache, suscite colère et indignation au sein de la population locale. Le chef-lieu communal où a eu lieu ce crime abjecte est totalement paralysé depuis ce samedi matin pour dénoncer le climat d’insécurité qui y règne au niveau de cette commune livrée à elle même et aux différents phénomènes qui s’y sont greffés ces dernières années. C’est le quatrième assassinat commis rien qu’à Alma, sans parler des vols et autres actes de banditisme.
Aucun des ces meurtres, tous prémédités, n’est élucidé par les services de sécurité. Ces quatre crimes, commis en l’espace d’une année, seront certainement rangés dans le tiroir des affaires classées. Les criminels courent toujours et continuent à agir. Les parents des victimes et leurs proches risquent de ne jamais faire leur deuil. Les personnes âgées, faut-il le signaler, et qui vivent seules, sont la cible préférée des assassins et autres forbans qui les ciblent généralement en vue de les délester de leurs biens. Cette série de meurtres suscite colère, panique et indignation au sein de la population locale. Les commerçants ont baissé rideau depuis ce matin. Seule manière d’exprimer leur mécontentement et indignation. Ils savent pertinemment que personne ne leur prêtera attention.
La population locale crie au holà. L’insécurité gagne du terrain à Ath Zmenzer, naguère havre de paix. La psychose s’est installée dans cette localité qui accuse déjà un retard flagrant en matière de développement local. « C’est une punition de la part de l’Etat algérien à l’encontre des Kabyles qui ont osé réclamer leurs droits durant les évènements du printemps noir. Ils veulent nous dire qu’on se débrouille maintenant avec ce climat vaillamment entretenu », nous dira avec amertume un habitant d’Alma. Les localités du sud de Tizi-Ouzou sont les plus touchées par les problèmes épineux liés à l’insécurité. Pourtant les services de sécurité, tous corps confondus, sont omniprésents dans la région qui ressemble à s’y méprendre, à une garnison.