Grève des lycées de Tizi Ouzou : Il n’y aura pas de compositions du 1er trimestre

1

KABYLIE (Tamurt) – En décidant de traîner devant les tribunaux,comme de vulgaires malfrats, les professeurs de lycées, membres du bureau de wilaya du syndicat Cnapeste, le directeur de l’éducation de la wilaya de Tizi-Ouzou a réussi à corser le bras de fer qui oppose les deux parties. Alors que le tribunal administratif de Tizi-Ouzou a rendu son verdict, stipulant que la grève était, selon lui, « illégale », les milliers de professeurs de lycées refusent, pour leur part, d’abdiquer au diktat de l’administration.

Ce verdict provocateur et partial a encore exacerbé le conflit et accentué la volonté des professeurs de lycées de ne pas abdiquer. Après l’annonce de ce verdict, il a été décidé de maintenir la grève illimitée, à l’unanimité. Plus encore, le syndicat du Cnapeste a appelé les professeurs à tenir des réunions dans les lycées afin de décider d’autres actions de protestation à organiser pour accompagner le mouvement de grève illimitée dans le but de faire aboutir leurs revendications.

C’est donc l’effet inverse qui s’est produit suite au dépôt de plainte de la part du directeur de l’éducation, qui semble avoir été chargé de pousser les choses vers le pourrissement pour des dessins inavoués. En effet, toutes les réactions du directeur de l’éducation, enregistrées jusque-là ne s’inscrivent pas dans l’optique de contribuer à trouver un dénouement à la crise. En plus de la manipulation tous azimuts, la direction de l’éducation a recours aux menaces d’envoyer des mises en demeure aux enseignants grévistes.

Avec cette attitude de confrontation du directeur de l’éducation, la grève atteindra bientôt son premier mois. Et le premier trimestre tirant vers sa fin (les vacances d’hiver sont prévue le 21 décembre), il est évident qu’il ne reste plus de temps pour l’organisation des compositions du premier trimestre. Si c’est celui-là le but recherché par le directeur de l’éducation, en refusant de satisfaire la revendication du Cnapeste et des milliers de professeurs de lycées, et bien, il peut se réjouir. Il l’a atteint.

Tahar Khellaf