Grève dans les lycées : Le directeur de l’éducation de Tizi Ouzou attise le feu

1
DE Tizi Ouzou

TIZI OUZOU (Tamurt) – Au lieu de calmer les choses et d’ouvrir les portes du dialogue, le directeur de l’éducation de la wilaya de Tizi Ouzou n’a pas trouvé mieux, en guise de réaction à la grève illimitée observée par la majorité des enseignants des lycées de la wilaya depuis le 20 novembre 2017, que d’ester en justice les responsables du bureau de wilaya du syndicat Cnapeste.

C’est la dernière évolution d’une crise qui est en train  de compromettre le premier trimestre dans toute la wilaya. Et en même temps, au moment où l’on s’attendait à ce que la direction de l’éducation table sur l’apaisement, c’est tout à fait le contraire qui s’est produit. De respectables enseignants sont ainsi trainés devant les tribunaux pour la simple et bonne raison qu’ils ont décidé d’observer une grève qui constitue un droit fondamental, faut-il d’ailleurs le rappeler. Malgré cette tentative d’intimidation parmi tant d’autres, et après deux heures d’audition devant le juge près le tribunal de Tizi Ouzou, les responsables du syndicat Cnapeste ont été déclarés innocents par le juge. En effet, la grève en question est légale à tout point de vue. Le préavis de grève a été déposé dix jours à l’avance conformément à la loi. Quant aux accusations du directeur de l’éducation, comme quoi les enseignants adhérents au Cnapeste ferment de force les lycées et empêchent les élèves d’y accéder, elles sont infondées. La preuve, ce sont les milliers d’enseignants qui ont pris part au sit-in de protestation observé lundi dernier devant le siège de la wilaya de Tizi Ouzou.

Ce dimanche 10  décembre, la grève des lycées de la wilaya de Tizi Ouzou a entamé sa troisième semaine. La grève n’a pas été interrompue ce dimanche malgré une campagne d’intox menée, tambour battant, par tous les relais du pouvoir via notamment la radio étatique locale, radio-Tizi Ouzou. Cette dernière, au lieu de tendre le micro aux premiers concernés que sont les syndicalistes du Cnapeste, elle a ouvert son antenne pendant des heures à des gens non concernées par cette grève pour dire que la reprise allait avoir lieu dimanche. Mais personne ne les a cru, comme il fallait s’y attendre.

Tahar Khellaf pour Tamurt

1 COMMENTAIRE

  1. Toujours les relais du pouvoir qui gèrent de manière lamentable la situation, et on s’enlise de plus en plus dans la boue.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici

neuf − neuf =