Guerre au Mali – Un demi-million de personnes déracinées selon l’ONU

1

« Le risque de nouveaux chocs alimentaires au Sahel demeure important, alors que le conflit au Mali a provoqué une grande vague de déplacements dans la région, accablant davantage des communautés qui n’arrivent toujours pas à se remettre des effets de la sécheresse », ont indiqué hier les services de l’ONU présentant par ailleurs, qu’une aide humanitaire « d’un montant de 1,2 milliard de dollars, apportée depuis une année et destinée à près de 10 millions de personnes dans huit pays de la région, a permis d’éviter une catastrophe humanitaire. Toutefois, des millions de personnes demeurent encore touchées par la sécheresse, dont 1,5 million d’enfants âgés de moins de cinq ans et qui sont exposés à des risques de malnutrition aiguë ».
En 2013, ajoute-t-on, « environ neuf 9 millions de personnes au Sahel auront encore besoin non seulement d’une aide alimentaire d’urgence, mais aussi de soutien relevant des domaines du développement rural et des programmes nutritifs et éducatifs ».
Et d’expliquer « le conflit au Mali a provoqué une grande vague de déplacements dans la région, déracinant un demi-million de personnes et accablant davantage des communautés qui n’arrivent toujours pas à se remettre des effets de la sécheresse ».Pour l’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies pour le Sahel, Romano Prodi, « la stratégie de l’ONU pour le Sahel se focalise sur les populations de la région, que nous voulons aider à éradiquer les causes profondes de l’instabilité, en mettant un accent sur les communautés et groupes marginalisés. Mon rôle consiste à mobiliser les meilleures compétences et toutes les ressources possibles autour des enjeux-clés de développement à long terme qui ont un impact critique sur les peuples de la région », a-t-il déclaré.

Mohand T.