Halte à la répression du peuple kabyle

2
répression à Tuviret

COMMUNIQUE (Tamurt) – Comme d’habitude et fidèle à ses pratiques de répression, le pouvoir algérien, par ses appareils de sécurité, a réprimé la marche des kabyles prévue hier le 20 mai 2017 à Tuβiret (Bouira) pour « Tuβiret taqvaylit ».

A la répression de la marche pacifique qui a été organisée le 20 avril dernier par les kabyles, dans le même endroit lors de la célébration de la double commémoration du printemps berbère 1980 et le printemps noir 2001, ces derniers répondent de la façon la plus civilisée en organisant une autre marche pacifique, tandis que la pouvoir algérien répond avec la seule méthode qu’il maîtrise : La répression. Des arrestations par centaines et des agressions contre les manifestants commis par les forces anti-manifestations pacifiques de la police et la gendarmerie, et un état de siège imposé sur la ville de Tuβiret interdisant les accès aux véhicules immatriculés 06 (Bougie) et 15 (Tizi-Ouzou).

Le pouvoir algérien reste-il toujours un mauvais élève qui ne tire pas de leçons de ses méthodes répressives ? Pourtant il est clair que c’est en commémorant avril 1980 qu’il y a eu le printemps noir 2001, et en commémorant les deux printemps 1980 et 2001 que ces deux marches sont organisées. Plus le pouvoir réprime les kabyles, plus ces derniers sont déterminés dans leur combat. Non, le pouvoir algérien a bien compris les leçons du passée. Il répond toujours par la répression car d’une part c’est tout ce qu’il sait faire, et d’autre part c’est parce qu’il est raciste.

Nous, Izmulen pour les droits des At-Mzab, dénonçons ces pratiques moyenâgeuses, indignes, utilisées par le pouvoir algérien face à toute question politique, identitaire ou des droits humains. Nous exprimons notre solidarité aux militants et aux manifestants et à tous les  kabyles, en leur souhaitant d’arracher leur souveraineté dans les brefs délais.

Vive le peuple kabyle, et Vive la solidarité inter-amazighs.

Paris le 21 mai 2017
Président d’Izmulen
Mohammed Dabouz