Hocine Ait Ahmed : Un anniversaire à couteaux tirés

1
Hocine Ait Ahmed
Hocine Ait Ahmed

ALGERIE (TAMURT) – Le troisième anniversaire du décès de Hocine Ait Ahmed (23 décembre) a été commémoré dans un contexte de tension inédit dans les rangs du Front des Forces socialistes (FFS) où même les membres de la famille du fondateur du plus vieux parti d’opposition n’ont pas hésité à lancer un avertissement pour ne pas dire un appel au lynchage public contre les membres de la direction actuelle du FFS, sommés de ne pas se rendre au village Ath Ahmed.

La mémoire de Hocine Ait Ahmed n’a pas été respectée ne serait-ce que l’espace de quarante-huit heures pour permettre aux militants de se recueillir comme le veut la tradition sur la tombe de « Si Lhocine ». En outre, une partie des ex-cadres du FFS, devenus indésirables par la direction actuelle, se sont recueillis carrément à la sauvette au village Ath Ahmed pour ne pas croiser, les yeux dans les yeux, les amis d’hier devenus des ennemis aujourd’hui. C’est le cas de Salima Ghezali, députée exclue du parti il y a quelques mois pour avoir critiqué l’armée algérienne dans un article de presse. Salima Ghezali a préféré se recueillir une journée à l’avance sur la tombe d’Ait Ahmed alors que d’autres anciens cadres du même parti, plus audacieux come Khaled Tazaghart, ont eu le courage d’aller affronter la réalité amère en face pour dire à la direction actuelle que le FFS ne leur appartient pas même s’il en ont la mainmise pour l’instant.

Mais l’élément le plus étonnant et décevant dans la commémoration du 3ème anniversaire, c’est la sortie médiatique de la famille de Ait Ahmed à la veille de cet anniversaire pour dire à Ali Laskri, Mohamed Hadj Djilani et à leurs compagnons au sein de la présidence collégiale du FFS qu’ils sont « indésirables » au village natal d’Ait Ahmed, Ath Ahmed. Pire encore, la famille d’Ait Ahmed a même lancé un appel, à la même occasion, aux habitants du village Ath Ahmed afin d’empêcher les chefs actuels du parti de se recueillir sur la tombe du défunt chef historique du FLN (Front de Libération Nationale).

Malgré ces menaces de la part de la famille d’Ait Ahmed, Ali Laskri et ses camarades de la direction nationale du FFS se sont rendus hier à Ath Ahmed, ils ont déposé la gerbe de fleurs et se sont recueillis sur la tombe de l’ancien signataire des Accords de Saint-Egidio avec les islamistes du Front Islamique du Salut-ex-FIS, en 1995, avant que le pouvoir ne les récupére.

Tarik Haddouche

1 COMMENTAIRE

  1. Le passage à la modernité passe par la séparation des mythes de la politique
    et ses nécessités. La Kabylie a signifié ce positionnement dès le mouvement ciyoyen, quand la Kabylie avait tourné le dos au FFS- ce mouvement qui a été taxé de fasciste par le FFS- pour qu’ensuite en masse l’ accompagner vers sa derniére demeure . La Kabylie donc est plus modérne que les partis qui croyaient la représenter, puis du crédit politique, l’orienter en fonction des besoins du régime, comme accépter l’arabisation de la Kabylie- que les jeunes lycéens boycottent. Un Etat c’est cette transversalité qui sauvegarde le collectif des tentatives de deviation individuelle. Avis aux apprentis sorciers.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici