Hocine Azem arrêté par les services de sécurité

0

IWADIYEN (Tamurt) – L’infatigable militant de la cause kabyle, Hocine Azem, cadre actif du MAK,  a été arrêté de nouveau ce matin à la ville d’Iwadhiyen par les services de sécurité. Hocine a été embarqué vers le commissariat de la ville et personne ne sait pour le moment quel  est le motif exact de cette arrestation.

Les cadres du MAK  et ses proches n’ont pas pu établir un contact pour le moment avec lui. Cousin très proche de regretté Slimane Azem, Hocine, connu pour son engagement indéfectible pour la libération de la Kabylie, n’est pas à sa première arrestation. Mais ces derniers temps il fait face à de fortes pressions et intimidations de la part des autorités militaires et policières en Kabylie.

Le GPK  a tout de suite alerté les instances internationales. « Je viens d’alerter Amnesty Internationale, les responsables de cette ONG nous ont promis de réagir malgré les entraves de l’administration algérienne. Ils reconnaissent que le pouvoir algérien fait la sourde oreille et ne respecte aucune régle de respect des droits de l’homme. En Kabylie et au Mzab, les forces de sécurité algériennes operent en colonisateur en pays concquis par la force », nous a confié Lyazid Abid.

Lounès B

11:50 Article actualisé:

Hocine Azem devait animer un meeting cet après-midi à 15 h au village Hichem dans la commune d’At khellili. La section MAK d’At Khellili s’adapte à la situation et change d’activité, passant sans transition de la préparation d’un meeting populaire à la mobilisation urgente des militants pour aller au commissariat d’Iwadiyen et imposer par la mobilisation la libération immédiate et sans condition de Hocine Azem qui devait animer avec d’autres compagnons.

La police algérienne reproche à Hocine Azem d’avoir dénoncé publiquement les exactions illégales et abusives de la police coloniale algérienne en Kabylie suite à la vague d’arrestation ayant ciblé des jeunes militants du MAK, comme la fermeture abusive les d’interminables tracasseries des commerces des militants kabyles, à l’image de Sliamne Kadi et Lazhar Bessadi, de Kamira Nait-Sid et tout récemment de Fahem Sai.

Pour l’instant, Hocine Azem est toujours illégalement détenu dans les locaux du commissariat d’Iwadiyen.