Hocine Azem : « Les ossements de Slimane Azem seront rapatriés par le gouvernement Kabyle »

3

KABYLIE (Tamurt) – Membre de la famille Slimane Azem, Hocine Azem, infatigable militant de la cause Kabyle en particulier et Amazighe en général, a bien voulu répondre aux questions du journal Tamurt.Info à l’occasion de 95ème anniversaire de la naissance de la légende de la chanson Kabyle. Pour lui, seul un Etat Kabyle pourra réhabiliter un jour Slimane Azem, victime 20 ans après sa disparition de l’ostracisme du pouvoir algérien.

Tamurt-Info : Le 19 septembre sera le 95ème anniversaire de la naissance du chanteur Kabyle, Slimane Azem. Peut-on savoir quand aura lieu le rapatriement de ses ossements, 30 ans après sa mort en exil forcé ?

Hocine Azem : Je pense que la problématique ne se pose pas en terme de rapatriement mais en terme de réhabilitation de l’artiste. Slimane Azem fait l’objet d’un ostracisme en raison de son appartenance au peuple kabyle et en raison de son engagement impénitent en faveur de la culture kabyle, et ce depuis sa participation à la fondation de l’Académie berbère en France dans les années soixante lors de la création de cette Institution de la promotion et de la protection de la culture kabyle. Le Pouvoir de l’époque avait pris une mesure discriminatoire et attentatoire à l’égard de Slimane Azem en l’interdisant de toutes les ondes en Algérie.

Pis encore, ses albums étaient confisqués dans tous les postes de contrôle par les services de sécurité avec des poursuites à l’encontre de ses admirateurs qui osaient et tentaient de faire passer ses œuvres sous le burnous depuis la France vers l’Algérie. Durant le règne du parti unique, Slimane Azem était pourchassé par les tristes organisations de masse du régime tant en Algérie qu’à l’étranger notamment en France, tout en essayant de le dompter et le domestiquer. Aujourd’hui encore, le pouvoir tente et ose l’ignoble par le biais de ses valets officiels et officieux afin de s’approprier la mémoire de Slimane Azem avec des pratiques odieuses pour instrumentaliser son audience et son aura populaires dans la société pour des desseins machiavéliques et exécrables. Le retour de Slimane Azem en Kabylie viendra sous le drapeau kabyle avec les blasons kabyles mais jamais sous des entourloupettes d’un régime qui a assassiné 127 jeunes kabyles.

Tamurt.info : On croit savoir que Khalida Toumi a contacté la famille Azem pour un éventuel enterrement de Slimane Azem dans son village natal à Agouni Gueghrane, mais vous avez refusé catégoriquement. Pourquoi au juste ?

H. A. : Il y a beaucoup de projet d’instrumentalisation de la mémoire de Slimane Azem sur instigation de certains commis de l’Etat pour nous piéger contre notre Kabylie, qui plus est, sont toujours dans le cadre de la dépersonnalisation de la Kabylie soit pour nous manipuler soit pour nous faire adopter une position politique en faveur du Pouvoir. Nous comprenons que le Pouvoir est dans de beaux draps tant qu’il n’a pas domestiqué la symbolique de Slimane Azem mais nous résisterons toujours encore et encore face à ces croisades du Pouvoir qui veut par ses suppôts locaux nous descendre en flammes. Quant à nous, nous sommes résolus à agir dans le cadre des valeurs et repères de la Kabylie pour barrer la route à tous ceux qui veulent démanteler notre culture, notre identité, notre patrimoine et notre langue.

Tamurt.info : Voulez-vous dire que si un jour les ossements de Slimane Azem seraient transférés dans son pays, ça serait par le gouvernement d’un Etat Kabyle ?

H. A. : Nous sommes convaincus qu’un jour le Gouvernement kabyle rendra les honneurs à notre artiste au nom de l’Etat kabyle, sous le Drapeau kabyle, sur le Territoire kabyle et devant le Peuple kabyle…

Dois-je rappeler pour la postérité que Mass Ferhat Mehenni était le premier à initier le projet de rapatriement des cendres de Slimane Azem dans les années quatre-vingt-dix. Maintenant le Pouvoir veut un rapatriement pour exploiter l’incarnation populaire de Slimane Azem, non pour valoriser son identité, non pour promouvoir la culture, non pour défendre sa cause, non pour réhabiliter son combat, non pour protéger ses valeurs … non pour pérenniser son œuvre mais simplement pour utiliser sa popularité pour des intérêts politiciens du Pouvoir algérien en mal de reconnaissance surtout à la veille d’échéances électorales.

Tamurt.info : Peut-on savoir pourquoi exactement Slimane Azem a été interdit de rentrer en Algérie par le pouvoir et qui sont exactement les personnes derrière cet exil forcé ?

H. A. : Le Pouvoir algérien est redevable devant le Peuple kabyle depuis l’aube de l’Indépendance d’Algérie. Celui-ci en confisquant toutes les libertés du Peuple kabyle par des pratiques et procédés anti-démocratiques notamment en tuant ses jeunes, marginalisant ses intellectuels, en exilant ses artistes, en considérant que le Peuple kabyle n’existe pas, en niant sa langue et sa culture, en arabisant ses enfants dès l’école maternelle, en détruisant son Histoire et sa mémoire, en séquestrant ses héros, par les institutions de l’Etat censées défendre et protéger la culture en Kabylie, en diffusant tous les jours des messages de dépersonnalisation et d’acculturation de la Kabylie en lui substituant une culture arabo-islamiste étrangère à nos cadres référentiels…

Nous préférons plutôt un statut d’Etat kabyle qu’un procès judiciaire contre le Pouvoir algérien puisqu’il a commis l’irréparable et l’innommable à l’encontre de la Kabyle depuis l’Indépendance pour laquelle les Kabyles ont payé un lourd tribut mais hélas nous sommes exclus au final de tous les fruits de cette victoire éclatante de 1962 et nous sommes colonisés de nouveau avec une idéologie arabo-islamiste qui nous met dans une situation d’aliénation identitaire, culturelle, linguistique, éthique, socio-économique et spirituelle…

Tamurt.info : Concernant l’affaire de l’enterrement de la sœur de Slimane ? Hedjila qui est décédée récemment, les autorités militaires veulent toujours récupérer la parcelle où elle est enterrée ?

H. A. : Les autorités publiques nous ont informé que la propriété privée de Slimane Azem sur laquelle nous avions envisagé d’enterrer la sœur de Dda Slimane c’est-à-dire Nna Hedjila, le jour même de son décès, par le biais du Maire d’Agouni Gueghrane d’obédience RND. que la parcelle de terrain était réservée à une Brigade de gendarmerie. La famille Azem avec la solidarité des Citoyens de notre Commune et les militantes et les militants de tous bords de la cause kabyle ont résisté face à cet acte d’injustice en se mobilisant pour honorer la mémoire de Nna Hedjila en l’enterrant dignement et « kabylement » dans la propriété de ses parents. Tout ce cauchemar a été orchestré par le Maire d’Agouni Gueghrane qui est une personne corvéable à la merci d’un commis de l’Etat siégeant dans les instances dites culturelles de la willaya de Tizi-Ouzou.

Pis encore, une équipe l’ENTV arabophone était venue, ce mois de septembre, dans notre Commune sans pour autant nous informer et ce, pour soi-disant réaliser un reportage sur Slimane Azem sur instigation des autorités de la culture de la Willaya et dirigée dans notre région par des supplétifs locaux du Pouvoir. Après coup, nous nous sommes opposés à ce reportage qui se veut être un tissu de mensonge drapé dans ses oripeaux d’instrumentalisation et de contre-vérités contre Slimane Azem sur ce, nous lançons un appel solennel à toutes les personnes éprises de liberté artistique d’agir contre les partisans de la perversion et de l’acculturation de notre patrimoine culturel et identitaire, historique, économique, et dénoncer les parodies dont fait l’objet notre région.

En outre, nous souhaiterions que les éditeurs et les chanteurs ne reproduisent pas ou plus les œuvres de Slimane Azem car cela s’inscrit dans un projet du Pouvoir d’anéantir toute l’originalité des artistes kabyles classiques…

Entretien réalisé par Nassim N.