Un hommage a été rendu à l’artiste : La famille de Brahim Izri a refusé d’inviter Idir

15
BRAHIM IZRI

KABYLIE (Tamurt) – De nombreux citoyens ayant été présents au vibrant hommage, qui a été rendu à Brahim Izri, il y a quelques jours à la maison de la culture de Tizi-Ouzou, se sont étonnés de l’absence du chanteur Idir, ancien ami de Brahim Izri mais aussi et surtout ayant interprété de nombreuses chansons écrites et composées par Izri.

L’étonnement des citoyens en question a été d’autant plus grand car Idir se trouvait en Algérie au moment où s’est déroulé l’hommage. Et c’est durant la même période qu’Idir a fait le déplacement à Alger où il a pris part à la rencontre présidée par le premier ministre algérien Abdelmalek Sellal. Renseignement pris, l’absence d’Idir à l’hommage en question est dû à une toute autre raison.

En effet, selon des sources proches des responsables de l’association culturelle amazighe Tarwa n Gaya, organisatrice de l’événement, c’est la famille de Brahim Izri qui a refusé qu’Idir soit convié audit hommage. Les raisons de ce refus ont pour origine un testament laissé par Brahim Izri lui-même, suite à un grave différent ayant opposé les deux artistes à la fin de la vie de Brahim Izri ? Aucune indication n’a pu être obtenue concernant la nature du différent en question mais le fait que Brahim Izri ait même demandé aux membres de sa famille de ne pas laisser Idir lui rendre visite à l’hôpital où il était hospitalisé quelques mois avant sa mort ainsi qu’à son enterrement est un indice qui peut laisser deviner à quel point le conflit entre les deux célébrités était immense.

Les fans des deux artistes regretteraient sans doute que les deux hommes ne se soient pas réconciliés de leur vivant. Il y a lieu de rappeler que Brahim Izri a composé de nombreuses chansons ayant eu un grand succès après avoir été chantées par Idir. En plus de Brahim Izri, des poètes à l’image de Mohamed Belhanafi et Benmohamed ont aussi écrit de nombreuses chansons chantées par Idir. C’est le cas de la merveilleuse chanson « I uzgar d-yeggan lemtel » qui est l’œuvre du regretté Mohamed Belhanafi.

Tahar Khellaf