Hommage à Mouloud Mammeri – Akfadou: Hommage à Dda Lmulud

0

Mammeri fût mobilisé en 1939 et libéré en octobre 1940, juste avant d’être remobilisé encore une fois en 1942. Après le débarquement américain, il s’inscrit à la faculté des lettres d’Alger.

On est en 1952, l’année de parution de La Colline oubliée, premier roman de ce fils d’Ath Yenni, traduit par la suite en Tamazight. Dda Lmulud, quitte l’Algérie malgré lui en 1957 pour rentrer au lendemain de l’indépendance.Il enseigne le berbère à l’université avant que cette chaire ne soit supprimée. Il donne bénévolement des cours de langue et de civiisation, jusqu’en 1973.

Homme de valeur,il recueille et publie les textes de Si Mohand en 1969. Il fonde le CERAM à Paris. L’interdiction de sa conférence à Tizi-Ouzou en 1980 donne lieu à ce qui sera par la suite qualifié d’événements du printemps berbère.

L’auteur de L’opium et le bâton nous quitte à jamais, un 26 février 1989. Il sera inhumé deux jours plus tard dans son village natal.

21 ans après, de nombreuses personnes étaient au rendez-vous pour lui rendre hommage à Ath-Yenni. Les festivités ont commencé le jeudi 25 février avec une ouverture officielle en présence des membres de la famille Mammeri.

Tout le monde a répondu présent: des representants du mouvement associatif, des autorités locales, des journalistes et autres invités de marque. Au programme du chant, des conférences, du théâtre et une multitude d’animation artistique. La journée du 26 février est consacrée à une projection de film à 16h00. Le 28 février une gerbe de fleurs est déposée sur la tombe à 11 h00. S’ensuivit un moment de recuiellement à mémoire de ce « modèle de résistance sereine ». Pour clôturer les festivités en beauté, quoi de mieu que des représentations théâatrales.

Dda Lmulud, vous demeurez présent dans nos cœurs, même si vous n’êtes plus parmi nous.

Nido Asirem