Hommage à Nacer Babouche : Nacer Babouche n’est plus

5

HOMMAGE (Tamurt) – La grande famille des enfants des martyrs est en deuil. Cette affliction est causée par un des siens, en l’occurrence Nacer Babouche. Ce militant de la démocratie de l’avant-garde est décédé dans la nuit du 1er au 2 mai au centre hospitalo-universitaire (CHU) de Tizi-Ouzou.

Feu Nacer Babouche a su et pu résister au barrage contre-révolutionnaire dressé par le pouvoir contre les forces de la liberté, mais a été vaincu par la maladie qu’il traînait en lui depuis très longtemps.

Le défunt, très connu des milieux militants de la démocratie, après sa participation active pour la reconnaissance de l’identité amazighe dont l’éclatement a eu lieu le 20 avril 1980, a poursuivi son combat au sein de l’association des enfants des martyrs créée en 1984 et dénommée Tighri.

Comme d’habitude, « les dignitaires du régime » et les tenants de l’arabo-islamisme ont répliqué par une répression des plus féroces. En faisant dans la subornation la plus sournoise, le pouvoir a envoyé des dizaines de personnes parmi lesquelles figurait justement le défunt dans les différents pénitenciers sis sur le territoire algérien. Après avoir purgé sa peine au même titre que ses autres codétenus, Nacer Babouche a retrouvé les siens. Sans se laisser intimider, il a essayé de retrouver un cadre susceptible de lui permettre de continuer son combat. Il est mort sans voir le peuple kabyle vivre sa victoire.

N’est-ce pas que cela nous fait penser à la célèbre complainte du petit cheval blanc (poème de Paul Fort et chanté merveilleusement par Georges Brassens après l’avoir mis en musique).

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici