Hommage des anciennes gloires de la JSK
Matoub Lounès était là

2

KABYLIE (Tamurt) – Contrairement aux chanteurs de service, Matoub Lounès a droit régulièrement à des hommages populaires et dignes, non pas de la part du pouvoir, qui a ruiné la Kabylie et l’Algérie et failli exterminer les Amazighs, mais de la part du peuple kabyle.

C’est ainsi qu’au moment où certains chanteurs vivants et heureusement qu’ils ne sont pas du tout nombreux (et qu’ils sont démasqués par le peuple) continuent à servir le pouvoir et à se servir, Matoub Lounès reste l’idole de tout un peuple qui ne cesse de se souvenir de lui, et ce, de diverses manières. Samedi dernier, un vibrant hommage a été rendu à Matoub dans sa région natale, At Douala. Un hommage qui a drainé les grandes foules.

Un public qui n’aurait pas pu drainer par aucun des chanteurs de service même à coup de millions de publicité. Quand il s’agit de Matoub Lounès, la publicité est celle du cœur. Deux rencontres de football ont ainsi réuni, samedi dernier, quatre équipes constituées d’anciennes gloires du football kabyle comme Medane, Sadmi, Larbès, Menad, Abdesselam, etc… Deux rencontres au cours desquelles l’ombre de Matoub Lounès n’a pas cessé de planer et de hanter tous les esprits et le moindre espace.

Chaque seconde de communion lors de ces deux matchs de foot a été dédiée au Rebelle. Même si Hannachi a, pour un moment, et non pour tout le temps, empêché les Kabyles de se réapproprier leur club et ses vrais symboles incorruptibles, il n’en demeure pas moins que la Kabylie est vaste. Quelque soit le nombre d’années que va durer cette politique étouffement et de reniement de tout ce qui est kabyle, de la part du pouvoir algérien, le temps de la gloire arrivera.

Et ce jour-là, la liste des traîtres de la Kabylie sera gravée à l’éternité comme est gravé celui de Matoub Lounès dans la lignée des vrais hommes libres à l’instar de Bessaoud Mohand Arav, Mohand Haroun, Ferhat Mehenni, Slimane Azem et la liste est très longue. Beaucoup plus longue, fort heureusement que celle des traîtres de la Kabylie.

Lyès Medrati