Hommage – La jeunesse d’Akfadu célèbre « Dda Lmulud At MΣAMMAR »

0

« Nous avons défriché le terrain; c’est aux autres de continuer » déclarait Mouloud Mammeri. C’est en référence à cette citation que l’association [[TIDDUKLA TAMGHEZLANT « IMGHAN » TIZAMURIN – AKFADU
ASSOCIATION BENEVOLAT « IMGHAN TIZAMURIN – AKFADU»]] a décidé de consacrer cette première édition de la rencontre culturelle à Akfadou. Premier événement d’une telle envergure organisé par cette jeune association née le premier mars 2007. Elle est composée essentiellement de jeunes qui ont décidé par cet événement de retourner à la source. En puisant dans le vécu de l’écrivain, l’action vise à donner un repère, une icône, un symbole, un guide… pour une jeunesse livrée à elle-même. La symbolique est toute trouvée dans ce que représentait cet homme d’exception Mouloud Mammeri reconnu même par ces ennemis.

En retraçant sa vie et son œuvre, cette « Tidukla » espérait orienter la jeunesse en lui donnant un nouveau souffle. Le parcours de Mouloud Mammeri est un exemple pour tous et toutes. Il a su par son légendaire courage et son incontournable détermination briser les chaînes et la dictature par son unique arme, la plume.

En effet, à lui seul, il faisait face à la férocité d’un parti unique despote et autoritaire. Mammeri faisait face à un ennemi tentaculaire avec ses moyens financiers, ses gendarmes et une presse aux ordres. Probe, il drainait les foules, gagnait des gens à sa cause. Il avait foi en son peuple et prévenait les « Béni Naam » que « toute tentative d’imposer quelque chose à notre peuple est vaine et relève de l’irresponsabilité ».

En 1980, par l’interdiction de sa conférence le feu est mis aux poudres. Les événements qui s’en suivirent donnaient naissance au printemps berbère, Tafsut Imazighen. Neuf ans après le premier printemps Dda Lmulud meurt « accidentellement » dans un accident de voiture dans des conditions encore non élucidées.

Pour réussir cet hommage, l’association est sans cesse encouragée et épaulée par une foule de bénévoles. Il faut dire que le choix de la figure historique, Dda Lmulud est plébiscité par les 300 personnes habitant le village. Malgré la difficulté de la tache, comparé aux moyens humains et matériels, le défi a été relevé avec courage.

Après la cérémonie d’ouverture, une journée est réservée à une visite guidée pour les étudiants de Béjaïa au siège historique de la wilaya III. Où jadis officiait le colonel Amirouche, sis village Mezouara.

Le point d’orgue de cette célébration fut sans nul doute la conférence animée par le professeur Abdenour Abdeslam. Dans une salle archicomble, la conférence prévue pour deux heures a duré presque deux fois plus. L’orateur hors pair a su tenir en haleine une foule hétéroclite, captivée par la haute qualité de l’intervention.

Pour clore les festivités, une délégation de 70 personnes s’est rendue à At Yenni pour se recueillir sur la tombe du défunt. Elle a été chaleureusement accueillie par l’assemblée communale d’At Yenni et par l’association « Talwit » en pleine activité. Dans la soirée, un gala artistique animé principalement par des artistes de la région et des figures de la chanson kabyle dont Brahim Tayeb, Oulahlou et Boudjemaa Agraw tous avec un seul mot d’ordre : « Dda lmulud mazalagh d’imazighen ».

Yacin Berbar, Trésorier de l’association