Il a été limogé : El Hadi Ould Ali lâché par Said Bouteflika

14

ALGÉRIE (Tamurt) – El Hadi Ould Ali a été limogé ce mercredi 4 avril 2018 de son poste de ministre de la Jeunesse et des Sports. Afin de tenter de maquiller ce limogeage à peine voilé, trois autre ministres ont fait l’objet de la décision de fin de mission pour « prémunir », en quelques sortes, Ould Ali des interprétations qui seraient données à la mise à la porte de cet ancien directeur de campagne de Abdelaziz Bouteflika à Tizi Ouzou.

Mais il est clair qu’il ne s’agit point d’un remaniement ministériel mais d’une décision de mettre un terme à la mission de Ould Ali dans le département de la Jeunesse et des sports où il a eu à assumer plus d’une sale besogne dont la plus importante a été celle consistant à  liquider l’ex-président de la Fédération algérienne de Football, l’ex-très puissant Raouraoua. Il faut reconnaître toutefois que la décision prise par Said Bouteflika de limoger El Hadi Ould Ali de son poste de ministre est surprenante à plus d’un titre car elle intervient au moment où la bataille pour les élections présidentielles de 2019 bat son plein et à couteaux titrés, faut-il le rappeler. Et El Hadi Ould Ali aurait bien pu jouer un rôle comme cela fût le cas notamment en 2009 et en 2014.

A moins que les décideurs du clan Bouteflika aient vu les choses sous un autre angle à savoir : que El Hadi Ould Ali serait plus utile sans la casquette de ministre. Une option qui reste peu probable car avec son porte feuille de ministre, El Hadi Ould Ali aurait eu de quoi mettre l’eau à la bouche des kabyles de service et des opportunistes de tous bords. En tout état de cause, quelque soit la suite qui sera donné aux événements, il y a une chose qui est incontestable : quand on finit d’avoir utilisé quelqu’un jusqu’à l’usure, on le lâche, sans état d’âme. C’est le sort notamment d’un mégot de cigarette ou d’une canette de bière vide.

Tarik Haddouche